samedi 4 septembre 2010

COMITE DE DEFENSE DE L'IMAGE DE LA JUSTICE



dimanche 22 août 2010
























EN MARTINIQUE/COMMUNE DE RIVIÈRE PILOTE
COMPLOT DES NOTABLES/ UN CERTAIN NOTAIRE ET UNE ADMINISTRATION DE LA JUSTICE COLONIAUX
&
DES MAGISTRATS ORGANISES POUR LA SPOLIATION ANTI-CITOYENNE

A1
FAIT ET DOCUMENTS/ UN VRAI ACTE DE PROPRIÉTÉ SUCCESSORAL DES PLAIGNANTS SPOLIES

LIEU

ACTE AUTHENTIQUE DES PLAIGNANTS

A2

FAUX ACTE DE MUTATION OU IMMOBILIÈRE au profit des consorts OCTAVIUS
DES NOTAIRES : Maitre Nicole NIMAR, « Notaires Associés » : titulaire d’1 office Notarial résidence Pointe « DES NÈGRES » voie N°9

COPIE DU VRAI FAUX ACTE OFFICIEL

Assignation en Justice par Maître MONOTUKA : Avocat au Barreau de Fort de France.

Les fraudeurs n’obtempèrent ni ne se présentent au TRIBUNAL,
Exploitant en coulisse
Le copinage Judiciaire
Pour imposer la fraude par le règne de la dictature du filon CONFÉRANT Immunité coloniale aux GANGSTERS EN COL BLANC.

Questions et requêtes à poursuivre auprès :

1 du conseil supérieur de la magistrature.
2- des Instances Judiciaires nationales françaises.
3-Les Instances Judiciaires Européennes.

Les Juges français sont-ils nommés pour couvrir les criminels et délinquants en col blanc aux dernières colonies ?

Où en est l’image de la Justice à défendre ?

RÉPONSE DU JUGE français :
« Sylvie COLLIERE » du tribunal de grande instance de Fort de France N°RG :08/02240
Audience du 13 Janvier 2009
Extrait des minutes du greffe du tribunal de grande instance de F de France (Mqe)


mercredi 1 septembre 2010

Raison d'état aux dernières colonies et traitement colonial des religions y compris de l'islam.




EXTRAIT DU LIVRE "L'ÂME DE L'ISLAM AU CŒUR DES ANTILLES GUYANE"

Pour ceux qui font une analyse objective de l’islam ;161 Ils comprennent que les musulmans
sont mis en garde contre les conditions d’émergence du traitement colonial de l’islam, qui ont
produit en Algérie dite française les Harkis parmi des autochtones, et en Afrique (aux A.O.F.
et A.E.F162) les Tirailleurs.
Un historien algérien nous confirme que : « … L’ÉTAT colonial exerce une emprise totale
sur les activités culturelles et religieuses de la communauté algérienne pour déraciner par la
francisation la culture arabe et l’islam (…) « le droit d’apprendre sa langue d’exercer en toute
liberté sa religion, de connaître son passé sont autant de manières d’affirmer le refus de
l’exploitation ».163
Nous citons les activités colonialistes de Félix Eboué en Afrique Equatoriale et Afrique
Occidentale Françaises.
Là où certains administrateurs coloniaux attestent de leurs pratiques qui sont plus que jamais
utiles pour la compréhension anti- musulmane du système français dans les colonies. Le
nommé Félix Eboué, Antillais tristement célèbre, Administrateur du Tchad faisait état de ses
subtilités de manipulations colonialistes aux A.E.F. (Afrique Équatoriale Française) en ces
termes « ...1« L’enseignement des Missions chrétiennes touche une grande partie de la société
indigène au Gabon et en Obangui-Chari. Son influence est moindre au Tchad, par suite de
l’insuffisance numérique de Missionnaires et à cause de la présence d’un bloc musulman
160 Voir Ibn Kalhdun « Discours sur l’Histoire universelle » A l Muquadima. Edition Sinbad Paris.
161 Voir Internet : C.I.A.C.R.P.M. (Centre Islamologique Africain Caribéen de Recherches et de la Pensée Musulmane :
(Hadith) « Malheur à celui qui se donne une autre parenté que la sienne…)
162 Afrique Equatoriale et Afrique Occidentale françaises.
163 Extrait article de Mohammed Harbi « Le F.L.N. mirage et réalité, Editions Jeune Afrique 1980 ».
L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane.
308
compact. La coutume indigène trouve, dans la diffusion des préceptes chrétiens, sa plus
inévitable raison d’évoluer… » Il y a moins lieu de former un certain nombre de ménages
chrétiens qu’on souhaite exemplaires que d’assimiler la notion de mariage chrétien à une
société qui vit sous une autre loi, de lui faire comprendre peu à peu le caractère indissoluble
du mariage et librement consenti et l’obligation de la monogamie… ». « Tout cela étant
acquis avec beaucoup de doigté et le sens aigu des conséquences sociales, je ne demanderai
pas mieux que d’admettre pour les chrétiens (les noirs évangélisés) l’interdiction du divorce
et la punition du délit de bigamie en vertu de la coutume telle qu’elle aura été
transformée »…(La Nouvelle Politique Indigène pour l’A.E.F. Félix Eboué.)
A ce propos, aux Antilles Guyane, faut-il constater une problématique presque
qu’identique à ce genre de manipulation.
A ce niveau certaines personnes utilisent leur ascendant sur des néophytes autochtones pour
« leur faire croire que la colonisation ne pose pas de problème ». Et à quoi sert d’avoir un
pays ou une nation ? » Le plus surprenant est que de tels conseilleurs possèdent la double
nationalité aux Antilles Guyane, celle de leur pays d’origine auquel ils sont très attachés et
celle de la France ! Ceux-là mêmes qui bénéficient de l’accueil d’un peuple, offert en toute
bonne foi bien qu’affaibli, et qui conseillent aux Martiniquais, Guadeloupéens et Guyanais,
« de tourner le dos à leur patrie et nation pour être musulman ou chrétien. Ce qui est un
paradoxe pour l’islam ne l’est pas pour la pratique colonialiste. Celle-ci favorise ce « lavage
de cerveau » en vue d’un traitement équivoque des religions de nature à pérenniser, aux
dernières colonies, exploitation et mainmise occidentales.
Bon nombre d’expériences de ce genre seraient résurgentes du fait de la présence aux
dernières colonies des mêmes ingrédients fourbis par le même système colonial un peu
déguisé, mais qui continu à entretenir l’ignorance et l’équivoque en matière d’exploitation
des religions, il faut le dire, y compris de l’islam.164 Le système s’ingénie à entériner une
culture de l’ignorance, par des canaux extérieurs et intérieurs inhérents aux opportunismes
qui se sont toujours servis des religions, du christianisme comme de l’islam. Mettant des gens
en porte à faux par rapport à leur devoir pour leur pays et leur peuple. Au profit du système,
certains ont été enclins à trahir leur peuple sous des influences néfastes, (dénoncés par de
nombreux penseurs musulmans algériens anticolonialistes et autres). D’autres victimes ont été
complètement vidés de l’amour de leur pays et de leur nation, et transformés en « zombis » à
haïr ou à combattre leur propre peuple.
C’est ainsi que l’islam doit démasquer ces intelligences qui fourvoient et se sont servis de
l’ignorance de certains autochtones jusqu’à les pousser à participer à des complots contre leur
pays et nation. Comme ce fut le cas en « Algérie française » de ceux qui sont allés très loin
dans l’erreur qu’ils n’en finissent pas de payer cher (les Harkis). L’histoire n’a cessé de
restituer l’évidence et son jugement ; d’autres s’interrogent encore ! Est-ce un crime et une
trahison d’avoir été tenté de prendre les armes, avec l’ennemi, contre des compatriotes,
nationalistes et patriotes Algériens ?
Pour nous la réponse est évidente, car un musulman se doit de choisir à tout moment, en toute
situation entre le juste et l’injuste. Par conséquent il ne va pas sans dire, que le phénomène de
transfuge et de trahison est condamné et rejeté par l’islam et sa communauté universelle aux
côtés des peuples et nations opprimés. Ce qui Ipso facto met à l’index comme en Algérie les
vecteurs, et d’autres incitateurs de tels agissements, même dans les contrées les plus reculées
du traitement colonial de la religion. Faut-il rappeler à notre regrettable souvenir historique,
les pertes irrémédiables causées ; les méfaits sur nos ancêtres musulmans anti
164 Voir Cheikh Touré : « Le Vrai et le Faux » Etudes Islamiques Dakar 3eme Edition.
L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane.
309
colonialistes africains. Nos grands résistants africains ont été victimes de cette situation tant
en Afrique, qu’en Algérie française. Pour ce qui est de l’histoire, nous citons: L’Emir
Abdelkader, Omar Moktar en Libye, et ailleurs en Afrique El Hadj Omar, Samory Touré,
Bilal, Ousmane Dan Fodyo, Ahmadou Bamba.