jeudi 6 juillet 2017

LIGUE ISLAMIQUE FEDERALE ANTILLE GUYANE CARIBEENNE ET HEXAGONALE


COMMENT LE COLONIALISME FRANÇAIS S'ATTAQUE AUX NATIONALISTES MARTINIQUAIS MAHOMÉTANS FILS ET FILLES DES AFRICAINS DÉPORTES AUX AMÉRIQUES PAR UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ,  LA PARENTE ET L’IDENTITÉ
16 rue du Calvaire N°1 Résidence Capitaine Manuel-TSV
97200 Fort de France Tel : 0696 40 94 15 E Mail : lifhag@yahoo.fr

OBSERVATOIRE ISLAMOLOGIQUE DE DÉFENSE DE L’IMAGE DE LA JUSTICE.
(O.I.D.D.I.J)
WEST INDIES MARTINIQUE ANTILLES GUYANE
RAPPORT : POUR EXIGER, DEFENDRE ET REPRESENTER LES INTERETS DE L’ISLAM ET DES MUSULMANS, LES DROITS DE L’HOMME ET LA DIGNITE HUMAINE.
OBJET : REPRESSION ABUS ET ATTEINTES AU DROIT DE L’HOMME PAR L’EXPLOITATION DES SERVICES ETATIQUES ET DE LA JUSTICE POUR LE RACISME L’ISLAMOPHOBIE, L’AFROPHOBIE
INTRODUCTION
L’objet du rapport de L’O.I.D.D.IJ. (L’Observatoire islamologique de Défense de l’image de la justice) concernant le racisme, l’islamophobie et l’afrophobie .
Un tel phénomène de racisme est bien celui qui cible très souvent aux dernières colonies et en France, surtout le musulman, l’homme noir, l’Atilloguyanais, l’Arabe ou le Maghrébin, pour des délits de faciès, d’opinion politique et ou confessionnelle.
L’O.I.D.D.I.J. s’est préoccupé d’un cas de harcèlement récurrent ou de provocations ethno raciales, commun au drame de toutes les victimes de l’islamophobie, du racisme et de l’Afrophobie.
Nous nous sommes informés sur le dossier documenté d’une victime musulmane et afro descendante ; nous a-t-il intéressé, du fait qu’il ressemble à celui d’autres personnes prises pour cibles qu’elles soient d’origine et d’obédience arabo musulmane, maghrébine ou autrement des militants nationalistes, des patriotes d’une cause qui dérange ou des militants anti sionistes.
A l’appui des faits, des sources et documents nous faisons le constat, dans un tel cas d’espèce : « QU’ETRE MUSULMAN AFRO DESCENDANT N’EST PAS CHOSE FACILE » ; pour ceux qui militent sans relâche, sans répit, et qui veulent démontrer au monde entier leur engagement dans leur lutte « contre le traitement colonial de la religion, qui est une atteinte aux droits de l’homme »[1].

-LES FAITS
I-REPRESSION, ANTI–FAMILIALE MUSULMANE: « UN CRIME CONTRE LA PARENTE ET L’IDENTITE D’UN AFRO DESCENDANT REISLAMISE»
a) Les témoignages personnels et documents annexés attestent des dérives et répressions individuelles et collectives (voir mémorandum en annexe) des harcèlements à cause d’une conversion à l’islam, étendue à toute une famille, cependant aggravée par la condition d’être noir afro descendant antilloguyanais assujettis à un statut de tutelle coloniale et à cause des opinions politiques antiracistes, anti-esclavagistes, anticolonialistes et antisionistes.
b) En guise preuve et rappel : la répression confessionnelle : Décembre et Janvier 1979-1980.
Les services français à Paris 13eme, l’État Civil, la Mairie et le Ministère Public, s'étaient refusés d'accepter : la condition du Noir astreint à la tutelle française et d’une appartenance musulmane pour un H.A.O.A. (Homme Antillais d’Origine Africaine) ; de même pour sa famille : d’où le rejet du prénom d’une fille "AZIZA" à sa naissance. Le journal libération par deux articles avait relevé cette affaire dans la presse sous le titre : « OCCIDENT-LE MAIRE DE PARIS S’OPPOSE AU CHOIX D’UN MARTINIQUAIS MUSULMAN [2]. Ce même article sous titré: « AZIZA, UN PRENOM INDIGNE D’UNE FRANÇAISE, aux âmes bien nées la civilisation n’attend pas le nombre de journées »… Avec en exergue cette connotation récurrente du complexe de supériorité de « civilisation supérieure » et « élue » n’étant pas universellement de bon gout.
Il n’est pas loin de l’actualité en France, de telles torsions "de civilisation", vu les dernières interpellations entre le député Conseiller régional Monsieur SERGE LETCHIMY et l’ex-ministre de l’intérieur Claude GUEANT (5/12/2012 par Nouvel Observateur à l’AFP). D’une telle connotation assassine ; il en témoigne d'un conflit xénophobe et racial, véhiculant en permanence, de manière récurrente le racisme anti noir ou anti-confessionnel et autres, sous tous les prétextes fallacieux du masque de la laïcité en Occident et en France plus particulièrement.
Une telle réprobation populaire aux Antilles Guyane s’était manifestée également contre des castes de propriétaires « Békés d’origine juive sioniste européenne et française » ; messieurs DEJAHAM et HAYOT descendants des esclavagistes en Martinique.
c) EN 1992 EXEMPLE DE DESTRUCTION DES FAMILLES MUSULMANES PARMI TANT D'AUTRES.
LES FAITS SONT TÊTUS. Dès 1982 cet d’un Homme Antillais Originaire de l’Afrique (H.A.O.A), témoigne d’une telle catastrophe familiale annoncée. Cet (H.A.O.A.) a été sacrifié, lui sa famille et ses enfants afin de les soustraire à un projet de foyer parental musulman. Cette calamité de la théorie du genre, du racisme et de l’islamophobie, en embuscade ; dès la genèse de son projet matrimonial en 1979 ; s’est dévoilée en 1992 lors d’une affaire de divorce. Il a été stigmatisé par le juge raciste Pantou Renard à cause de sa race et sa religion : « le seul fait d’être musulman et Shiite antillais » a conduit « cette justice » à le frapper et lui enlever ses enfants qui portaient le foulard.
RECIT D’UNE VICTIME D’UNE CATASTROPHE FAMILIALE RACISTE, XENOPHOBE, ISLAMOHOBE ANNONCEE.
Cet H.A.O.A. marié en islam, éduquait dans son couple, une fille adoptive Nadia, scolarisée à Oulled Djéllal, chez un avocat algérien [3]. A son retour définitif en France, l’enfant (devenue arabophone) avait été scolarisée, au Lycée Ibn Khadoun, 75013 Paris. Ce lycée généraliste libyen de langue arabe, rue Chasse Loup-Laubat était dédié aux enfants des diplomates et autres Arabes. La mauvaise surprise a été l’entrisme : « des polices des familles » à travers les commandeurs des Assistantes sociales, qui se sont intéressés aux intentions du chef de famille, puis de la fille scolarisée. Il s’agissait sous prétexte des allocations familiales d’un subterfuge pour diviser le couple; susciter l’appât du gain et l’infiltrer à l’insu de l’autorité paternelle. Pour après, faire débarquer, la police des renseignements généraux au 16 rue Didot 75014 Paris, où habitait cette famille. Une descente de police à 6 heures du matin au domicile a été la manœuvre d’intimidation fatidique. Des policiers en civil, trois hommes exhibant leur badge étaient venus intimer ce père de les accompagner. Sur une commission rogatoire, ces policiers étaient venus cueillir l’autorité paternelle à son domicile. Cet H.A.O.A a été conduit sous bonne escorte au commissariat, aux environs du Métro Miromesnil, pour être entendu de toute la journée jusqu’à 19h00. Ce précédent n’a été chimérique ou burlesque, pour cet (H.A.O.A) relâché du commissariat, la police déclarant : « qu’il n’était pas un terroriste » « mais qu’il devait se méfier de l’entourage du Centre Culturel Iranien, rue Jean Bart et d’un certain monsieur « Gouasmi Yaya [4] ». Une personne qu’il n’avait jamais ni vue ni connue dans l’entourage en question.
Cette intervention de la police a été liée ; d’une rafle lors d’une manifestation iranienne en France, à la Mutualité. A l’époque parmi les personnes embarquées se trouvait cet H.A.O.A. Par ailleurs, ce qui explique aussi, l’intervention policière à domicile et la garde à vue concernant cette fameuse commission rogatoire.
Il s’agissait d’un scénario, d’intimider et de terroriser surtout : la femme du couple musulman, de l’ébranler et l’influencer quelle fasse n’importe quoi. Quelle puisse surtout divorcer, apostasier de la religion familiale, et entrainer dans son sillage quatre de ses enfants (Mortaza, Sokeina[5], Amina et Nadia fille adoptive).
Un tel scénario policier et judiciaire d’incitation à l’apostasie planifiée ; c’est produit ne faisant « d’Aziza » : que la seule rescapée. En dépit des péripéties, « Aziza » a pu conserver, la religion initiée par leur père. Cependant tout un projet d’organisation musulmane de la famille n’aura pas survécu à l’orchestration destructrice, de la catastrophe du racisme et de l’islamophobie.
Du témoignage de L’H.A.O.A. sur les réseaux sociaux internet facebook
« En tant que militant noir, la justice française » ne m’a laissé aucune chance, le racisme a tenté de me briser en s’attaquant à mes progénitures, orchestration de complots, d’intrigues, d’abus de droit, atteintes aux droits de l’homme » etc. « Parce que je suis musulman et militant anticolonialiste j’ai été encore victime d’une répression contre ma famille de l’ordre racial et confessionnel comme du temps de la Traite négrière »; tel qu'il est souligné dans mon livre : « L’Âme de l’Islam au Cœur des Antilles Guyane Chronique de la mission islamique en Martinique ». « Je répète être victime de tels abus et tracasseries par le fait d’être musulman et afro descendant engagé dans un processus pour la justice véritable ; « -En 1992 un juge français à Paris et ses collaborateurs ont tenté de me couper de mes six enfants afin d’oblitérer et compromettre leur éducation et avenir dans la religion musulmane. De 1992 à 2012 j'ai résisté d'une telle agression confessionnelle et raciste, inhérent à l'arbitraire et à l’acharnement judiciaire à briser la religion dans ma famille. Il est à noter l’orchestration des complots, d’intrigues, d’abus, atteintes au droit de l’homme qui sont à rajouter au dossier à l’attention de la cour européenne des droits de l’homme. J’avais écris à ce sujet à Feu le PRÉSIDENT François MITTERRAND ; dans sa réponse il dit avoir alerté et signifié un courrier au préfet de la région Martinique ». (VOIR Annexe MEMORENDUM et Article du journal Lumière juin1997.)
II-RELÈVE D’UN CONTEXTE INTIMIDATION RELATIF AUX ABUS RACISTES ET ISLAMOPHOBE
d) Depuis 1982 cet (H.A.O.A), musulman et militant nationaliste n’a cessé de subir des harcèlements et intimidations des services de répression confessionnels, une sorte de police de la famille.
Les interpellations et convocations policières répétitives
Il est à constater la cadence et fréquence des « interpellations » : comme souligné des convocations policières répétitives : 10 Août 1982 l’inspecteur de police BRIANT, le 6 Octobre 1997 Gendarmerie Nationale, le 18 Août 1982 convocation 120 rue Victor Sévère, 15 Novembre 2001 convocation lieutenant Roger MOMEY direction régionale des renseignements généraux 4 bis rue Perinon,, 18 Mai 2005 « libellé ministère de l’intérieur Entrez en contact avec le 0596 72 80 47 et signé LE LIEUTENANT DE POLICE SANS ADRESSE ET NOM INDIQUES » ; 2005 convocation monsieur SANCHEZ DST(en provenance de Paris venu enquêter ; 4 Août 2010 convocation du SRIG972-Fort de France (Service Régional de l’Information Générale) signé Brigadier Chef CAUPENNE THIERY (voir annexe).
e) L’An Deux Mil Douze le Vingt Sept Mars à seize heures / cet (H.A.O.A), chercheur et écrivain musulman a fait l’objet d’une commission rogatoire/ Convocation & audition par la Gendarmerie de Rivière Pilote en Martinique /. Appel téléphonique du commandant Chef de la Brigade de Gendarmerie de Rivière Pilote, au siège de L.I.F.A.G.H.C. (Ligue Islamique Fédérale Antilles Guyane Hexagonale et Caribéenne[6] ) mentionnant une convocation à son attention ; puisqu’il est fondateur de l’ institution susmentionnée et auteur du livre « L’Âme de l’Islam au Cœur des Antilles Guyane Chronique de la Mission Islamique en Martinique » un ouvrage qui dénonce le traitement colonial des religions et de l’islam aux dernières colonies françaises.
f) HARCELEMENT ET NON RESPECT DE LA CHOSE JUGEE POUR INCRIMINER DES OPINIONS POLITIQUES ET RELIGIEUSES.
L’Observatoire est à rappeler que cet (H.A.O.A), en tant que militant anticolonialiste, n’a pas le droit d’être inquiété en vertu de ses opinions politiques et religieuses.
En tant que militant, écrivain musulman et auteur de divers articles d’opinion. Il a pris, dés l’âge de 19 ans, la responsabilité, de déserter l’armée, avec le mouvement nationaliste martiniquais, contre le colonialisme français en Afrique. Aujourd'hui encore, les services colonialistes français continuent à le cibler et harceler.
Dans son livre intitulé: « L’Âme de l’Islam au Cœur des Antilles Guyane Chronique de le Mission Islamique en Martinique ; il a dénoncé « le traitement colonial de la religion ». Il a expliqué: « avoir déserté du 1ER RPIMA à Bayonne; transformé en corps expéditionnaire d'agression africaine par l’armée coloniale au Tchad. La France n’était pas en guerre, il s'est rebellé, par opposition politique aux accords militaires, de coopération français en Afrique (à l’instar de Mohamed Ali CASSIUS CLAY contre la guerre du Vietnam) ; dénoncés comme une néo-croisade d’occupation d’un nouveau colonialisme ».
g) L’Ouvrage n’est pas de nature à dissimuler l’engagement musulman et l’anticolonialisme. Cette posture d’un H.A.OA. si elle pose problème : « au traitement colonial des religions » relève bien du droit d’indignation d’un musulman contre le militarisme colonial, même si cela dérange certains caciques.
D’ailleurs la chose jugée : n’est pas privative du droit de libre expression d’un H.A.O.A. musulman antimilitariste et objecteur de conscience anticolonialiste ; lequel a été jugé condamné puis amnistié en 1975.
Le harcèlement islamophobe et négrophobe constitue par contre un acte illégal aggravé, comme le non respect de la chose jugée [7]. Les opinions politiques et religieuses n’ont rien à voir.
Concernant les nombreuses convocations, de cet (H.A.O.A), les auditions, et commissions rogatoires sont considérés comme :
• Un harcèlement, eu égard la quiétude et la tranquillité du citoyen.
• De nature à perturber les activités musulmanes et les responsabilités d’un chercheur
• De la persécution d’un patriote et musulman qui œuvre, pour le respect des droits de l’homme et de son pays, de son peuple et sa nation.
h) CRIME CONTRE LA PARENTALITÉ ET L’IDENTITE ET OU LE RACISME
NON RESPECT DES DROITS DE L’ H A .O.A PAR LE SYSTÈME FRANÇAIS : Crime contre l’identité » et « un Crime contre la parenté ».
1. L’Assimilation en tant que summum de la répression culturelle sous toutes ses formes et constitue « un Crime contre l’identité » et « un Crime contre la parenté ».
Il s’agit d’une d’atteinte au droit de l’homme et d’une menace perpétrée pour l’anéantissement d’une civilisation liée à notre existence humaine.
2. L’’étouffement de la personnalité par la tierce culture française et européenne
3. L’assimilation n’est autre qu’une domination de la tierce culture d’hégémonie imposée, pour écraser et faire disparaître celle d’un tiers.
4. Une domination néfaste à l’épanouissement de l’Homme, au recouvrement de ses droits, de son identité culturelle qui sont contrariés et privés de la jouissance pleine et entière d’authenticité.
5. Cette substitution est une entrave à la condition de libre humanité, reflet de l’identité, de sa personnalité distincte, de sa culture et de sa civilisation.
6. L’influence de la tierce culture française est un fait accompli de l’antagonisme inhérent en opposition à d’autres cultures, races et croyances religieuses.
7. Les victimes des « crimes contre l’identité et la parentalité » ; sont affaiblies par l’oppression perpétrée au mépris des droits naturels de l’Homme.
Par la répression familiale et religieuse, il s’agit de porter atteinte à un choix de culture et d’empêcher aux familles leur mode de vie différent inhérent à leur identité religieuse et civilisation.
De cette manière, le détournement machiavélique du rôle de la justice en défaveur des piliers fondateurs de la famille sert, l’anachronisme de la logique de la traite esclavagiste et de Willy Lynch.
8. les problématiques de la théorie du genre de l’éducation nationale française résument les réprobations qui soulèvent l’indignation du plus grand nombre.
Notre humanité et morale et leurs sociétés ne peuvent être des prédations de l’incohérence et l’inadaptation du système aux préoccupations familiales, humaines, citoyennes et populaires [8].
• Nous dénonçons toutes les pratiques racistes, d’islamophobie et d’Afrophobie tels que :
• La coupure des liens de parenté, une coupe réglée de la famille et des piliers de référence d’authenticité parentale inhérente au naturel à la morale, des origines, traditions, mœurs, cultures familiales et humaines.
• Les droits bafoués de l’enfance par les théories du genre contre
éducatives et antimorales.

CONCLUSIONS
a) LES LAISSER FAIRE » ET « ATTEINTES »constituent de très grandes dangerosités pour la Justice ou l’humanité » ET POUR CAUSE :
• Suite aux récents attentats liés à Mohamed Mehra à Toulouse et Montauban, constat d’un regain de suspicion anti-nationaliste, de l’islamophobie, de l’afrophobie, ciblant indistinctement : les patriotes, les Antillo-Guyanais et indépendantiste, les musulmans, les noirs, les maghrébins.
• Il suffit en l’occurrence d’évoquer des récentes réprobations populaires liés à la Quenelle en France contre le racisme et abus par d’excès politiques et législatifs ou des décisions controversées des tribunaux et du conseil d’état.
• Sans oublier les déclarations au niveau du ministère Guéant
• A savoir les dérapages extrémistes ayant entraîné de manière unanime: les réprobations à propos : « des civilisations supérieures »ou « des bienfaits de la colonisation » ayant mobilisé des nombreux Sages ou Religieux et des personnalités laïques et politiques qui avaient pris la défense de la légitimité des civilisations, des religions, des cultes et des croyances humaines.
b) Nous avons, aussi, d’autres exemples récents de telles réprobations publiques :
En l’occurrence l’affaire « des civilisations » des protagonistes Claude Guéant Ministre de L’Intérieur Français et Serge LETCHIMY ; Député et Président du Conseil Régional de la Martinique dans un consensus de la classe politique et du mouvement, nationaliste Antillo-Guyanais.
L’OBSERVATOIRE DÉNONCE ET CONDAMNE DE TELLES BRÈCHES SYSTÉMIQUES EN FRANCE ET AUX DERNIÈRES COLONIES VÉHICULANT L’ISLAMOPHOBIE, L’AFROPHOBIE CIBLANT LES PERSONNES ET DES COMMUNAUTÉS A CAUSE DE :
• Leur race, opinions, leurs croyances, confessions et appartenances politiques.
De telles dérives avaient été inaugurées avec :
• les affaires Rushdie, du Foulard, des signes ostensibles qui ciblaient les croyants: juifs, chrétiens et musulmans, leurs livres sacrés et leurs accoutrements.
• les récents évènements dramatiques de Toulouse et Montauban exploités aux fins de réformer sur tout le territoire français, la logique républicaine de l’État de droit en celle « de l’État policier ».
Cette tendance de harcèlement de l’extrémisme sous le masque de la Laïcité et du racisme s’oriente vers une stigmatisation et le délit de faciès et d’opinion politique et ou confessionnelle.
Il est à dénoncer et à condamner au nom du droit français et européen, des valeurs républicaines, et de la déclaration universelle des droits de l’Homme :un regain PROGRAMMÉE DE RACISME ET DE STIGMATISATION INTOLÉRANCE, D’ISLAMOPHOBIE, D’AFROPHOBIE, ciblant : tout nationaliste musulman, noir maghrébin, Antillo-Guyanais musulman.
A savoir, l’observatoire dénonce et condamne de telles brèches systémiques introduisant des pratiques d’incrimination comme bouc émissaires.

Nous condamnons toute Exploitation des commissions rogatoires orientées consécutives aux dérives incompatibles à l’État de droit et républicain.
DEMANDONS AUX PRÉFETS ET PROCUREURS DE LA RÉPUBLIQUE DE VEILLER AU RESPECT DES LOIS DE LA CONSTITUTION RÉPUBLICAINE ET :
La cessation des harcèlements des services français et autres.
Nous procéderons à cet effet à la Saisine des tribunaux de la république française et de toutes instances antiracistes et des droits de l’homme et ou de la commission européenne des droits de l’Homme.
COLLECTIF/O.I.D.DI.J.
FAIT A FORT LE 10 FÉVRIER 2014
DOCUMENTS ANNEXES

________________________________________
[1] http://islamcaraibe.blogspot.com/…/le-livre-lame-de-lislam-…
Depuis la rafle du 9 Novembre 1993 de la police française sur ordre du Ministre de l’intérieur, Charles Pasqua, Maître Ahmed SIMOZRAG est exilé au Burkina à ce jour, 21 ans après :(Que fait l’Avocat français au Burkina Faso ?) Voir Annexe.
[2] Libération 5 et 6 Janvier 1980/5 Juin 1980.
[3] Que fait http://comitededefensedelimagedelajustice.blogspot.com/
[4] Il n’est pas un euphémisme que le président « Gouasmi Yaya »du P.A.S. (Parti Antisioniste de France) que j’ai découvert et entendu sur internet « PAS l’INFO » ait déclaré sans inconvénient, qu’il y a le sionisme derrière chaque divorce » ; une preuve empirique et quelle vérité De Lapalisse dans le cas présent !
[5] La tradition des noms plutôt employés par les shiites, pour symbolique qu’ils soient de l’orientation religieuse du père, dérangeait de surcroit.
[6] : http://www.islamcaraibe.com/nos%20programmes.html
Défendre et de représenter les intérêts de l’islam et des musulmans, de défendre les droits de l’homme et la dignité humaine.
[7] Témoignage de la réponse compte rendu du rapport d’audition et réponses de l'observatoire islamologique africain caribéen de recherches aux questions du chef de la gendarmerie & commentaires des questions et orientations tendancieuses de ladite commission rogatoire.
[8]
VIDEO. Manif pour Tous 

LA LIGUE ISLAMIQUE FEDERALE ANTILLES GUYANE CARIBEENNE ET HEXAGONALE



STOP   A  37 ANS  DE  TRACASSERIES ADMINISTRATIVES DU MILITANT NATIONALISTE ET MAHOMETAN
Mr Serge BARRIQUE alias BARIK X M BARKA MACKANDAL

La répression et les abus de l’état d’urgence et des harcèlements et perquisitions préfectoraux et policiers inquiètent des militants martiniquais nationalistes, autonomistes et indépendantistes.
Dans la conjoncture de harcèlement, de complot autour de l’affaire PINTO HERVE  des indépendantistes mahométans perquisitionnés parmi ses soutiens  le 13 juin 2017 à Fort de France en Martinique
MEMORANDUM

*A L’ATTENTION DU
  SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE




*A LA LIGUE EUROPENNE DES DROITS DE L’HOMME



*A  Mr LE PREFET Mr Fabrice RIGOULET-ROZE, Préfet de la Martinique, Chevalier de l’Ordre du Mérite




  Mémorandum Pages de 1 à 13 avec insertion de documents numérotés


COLLECTIF DE DEFENSE DE L’IMAGE DE LA JUSTICE
SECTION ANTILLES GUYANE FRANCE 
BP N° 39/97211 MARTINIQUE
TEL : 0696 16 15 42

Objet : 13 Juin 2017 Ordre de Perquisition de Monsieur le Préfet Fabrice RIGOULET-ROZE, préfet de la Martinique.


FORT DE FRANCE   L’AN   DEUX MIL DIX SEPT LE DIX HUIT  JUIN


SUITE ORDRE DE PERQUISITION DU 13 JUIN 2017

II- A L’ATTENTION DE Mr Fabrice RIGOULET-ROZE, Préfet de la Martinique, Chevalier de l’Ordre du Mérite


Suite à votre ordre de perquisition en date du 13 Juin 2017-06-24
Monsieur le Préfet,

·         Nous avons  l’honneur de vous rappeler, qu’en  date du 3 Février 1995 Monsieur le Préfet de Région de la Martinique avait été informé par courrier des règles et déontologie de l’action de Mr  Serge BARRIQUE alias BARIK  X  M BARKA MACKANDAL  en qualité d’e x -responsable de la Délégation des musulmans de France ci-joint copie courrier du 03 02 1995.

Nous avons l’honneur et la nécessité de porter à votre connaissance comme suit :

·         Considérant que l’intéressé n’exerce plus de la (Fédération Nationale des Musulmans de France) depuis le décès de feu Chérif N’DIAYE ex Secrétaire Général de le F.NM.F. Mr Serge BARRIQUE alias BARIK  X  M BARKA MACKANDAL étant consacré à ses travaux  intellectuels : écrits, vidéos en tant qu’écrivain et chercheur nationaliste et mahométan.
·            Ci-Joint document : N°1
·            Ci-Joint documents :N1-A

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de notre haute considération.

P /o les camarades et frères perquisitionnés le 13 Juin 2013
 Serge BARRIQUE alias BARIK BARKA M Mackandal
Magnan Désir

Facebook : COMITE DE DEFENSE DE L’IMAGE DE LA JUSTICE
SECTION ANTILLES GUYANE FRANCE 
BP N° 39/97211 MARTINIQUE
TEL : 0696 16 15 42



·         Considérant l’orientation des travaux de Mr  Serge BARRIQUE alias BARIK  X  M BARKA MACKANDAL et de ses  recherches fondées sur le mahométanisme en rapport au  retour aux sources des afro descendants dans les domaines  culturels et spirituels ancestraux africains ; nous ne relevons ni des pratiques contestées de l’Arabie Saoudite et autres États, ni de  leurs  doctrines extrémistes (salafites et wahhabites) existantes en Martinique connues des autorités françaises qui les accréditent du domaine cultuel et diplomatique.
·          Voir copie concernant l’institution musulmane en Martinique et  Mr BACKE  IMAM d’état

·            Ci-joint / DOCUMENT N°2

·            Ci-joint/ DOCUMENT N°2 /A 


      Concernant notre opposition au Wahhabisme et Salafisme extrémiste en général
Considérant les martyrs de la communauté chiite à cause des violences perpétrées contre le chiisme (au Liban, en Syrie, en Irak, en Iran au Pakistan) par de telles obédiences fanatiques Wahhabisme et Salafisme.
 Sachez pour  information que nos  amis et nous ainsi que nos frères en Martinique sont les plus hostiles aux violences confessionnelles qui menacent également  les français et nos populations antillo guyanaises dans l’émigration en France, avec les attentats par cette même violence Salafite et Wahhabite) :
a)      (une policière martiniquaise lâchement assassinée en banlieue parisienne
b)     et Thierry DHOL notre compatriote martiniquais pris en otage en Afrique).
c)      Nous condamnons de telles erreurs régaliennes ET RICOCHETS EN FRANCE ET EN EUROPE, notoirement dénoncées de médias libres, concernant le financement et l’armement des opposants à l’État syrien qui est l’allié de pays frères  caribéens indépendants et de  l’ALBA (Alliance Bolivarienne des pays d’Amérique du Sud)

Nous le répétons dans ces conditions d’état d’exception ni les militants antillo guyanais et mahométans,  ni nos peuples ne sont responsables des erreurs notoires de la diplomatie ou de la politique étrangère  française décriées des hautes sphères internationales et nationales.

Contrairement au prononcé de « l’arrêté de perquisition, c’est contre les causes et les effets de telles dérives (que nous avions écrits sur internet le 2/04/2012 « La république ne peut être transformée en l’Etat policier &  les dérives extrémistes et vigie pirate »).


Aussi la raison pour laquelle nous nous sommes très éloignés  des problématiques d’Arabie-Saoudite  et de tous autres pays arabo musulman, ou de d’autres  pouvoirs diplomatiques régaliens. Certainement pour échapper à cette confusion, nous revenons à nos racines spirituelles et culturelles de notre peuple noir déporté aux Antilles et aux Amériques eux qui étaient vodouisants et mahométans.
Telle est un aspect du blog en question et livre du « L’Âme de L’Islam au Cœur des Antilles Guyane » mentionné.


   Ci-joint document N° 3 et N°4 / N°5

Comme le disent des Savants, « il est tout à fait naturel et un instinct innée aux hommes et aux animaux  que d’aimer leurs parents,  lieu de naissance, leurs ancêtres, leurs religions, l’Afrique ». Sans un tel sentiment l’homme ne peut être que faible, fragilisé et imparfait.  A juste raison les européens aiment aussi, leurs pays, leurs ancêtres : Napoléon, Jeanne d’Arc, Victor Hugo, Voltaire, Descartes, ce qui est normal.
·         Considérant que nous sommes des militants de notre nation et de nos peuples martiniquais, guadeloupéens, guyanais nous avons en tant que mahométans et vodouisants ou autres le droit en matière d’opinion, de croyance et d’expression politique ou d’opposants anticolonialistes.

·         CI-JOINT DOCUMENT A/5 ECHOS PATRIOTIQUES


 En vertu « d’un état d’urgence », comme souligné des syndicats de la magistrature en France, et par la ligue des droits de l’Homme il serait exagéré, déplacé et fallacieux que ceux qui ne sont pas des délinquants mais des militants, soient inquiétés exprès abusivement, dans leur droit et devoir de liberté politique, de croyance et de conscience.
Ce droit qui ne peut être retiré aux français, ne serait-ce à Mr Jean Marie-LEPEN ni aux collègues de son parti politique de 12 millions de français.
Ce droit n’est pas retiré aux COMMUNISTES par l’État et ses autorités de France et de Navarre qui ne sont pas censées ignorer en France l’existence :
·         Du courant communiste révolutionnaire international, son Journal « Révolution Internationale » dont le slogan révolutionnaire appelle ainsi les masses : « Prolétaires de Tous Pays Unissez-vous ! » Le journal du courant est distribué par les NMPP, imprimé à TOULOUSE, Directeur de publication Mr D VAN, exemple, N° de commission paritaire 54 267.
·         Le journal Combat Ouvrier existe en France et est distribué aux Antilles Guyane.
·         Le Groupe GRS (Révolution Socialiste) existe en Martinique et la tendance « Alliance Ouvrière et Paysanne AOP ».
VOIR DOCUMENT CI-JOINTS N° 6/ N° 7 /N°8

 Les considérants de la perquisition préfectorale, ne tiennent pas compte de la liberté des MARTINIQUAIS ET ANTILLO GUYANAIS militants

En conséquence  il s’est avéré que  les considérants de la perquisition préfectorale, ne tiennent pas compte de la liberté des MARTINIQUAIS ET ANTILLO GUYANAIS militants en matière d’opinion et d’expression politique, religieuse, et  d’opposant anti colonialiste.
·         Considérant nos mêmes droits à l’instar des journaux et organes communistes précités « Révolution Internationale », « Combat Ouvrier », « le Groupe Révolution Socialiste » « L’Alliance Ouvrière et Paysanne » ».

Nous les opposants anticolonialistes connus en Martinique, en Guadeloupe et en leur sein les nationalistes et indépendantistes vodouisants et mahométans d’obédience panafricaine dont le chercheur BARIK M alias Mackandal se doivent jouir des mêmes droits.

En l’occurrence :   Mackandal Barik Barka parle dans ses écrits, livres et vidéos de « Changer l’homme et la Société et c’est le contenu de ses ouvrages, dont les deux premiers DIALOGUES POLITIQUES DISCOURS DE LA REVOLUTION CULTURELLE.


   Ci-joint DOCUMENTS  N° 9

Ces nationalistes anticolonialistes  Barik allias Mackandal Barka M et Igance Magnan ont-ils organisés une Manifestation à la Salle de la Mutualité  les 18 et 19 Mars 2017 de concert avec LE COLLECTIF DES TERRES VOLEES de Mr HERVE PINTO actuellement en grève de la faim pour ses droits légitimes, du COMITE DE DEFENSE DE L’IMAGE DE LA JUSTICE du DR GUDUFF et avec invitation du LKP Guadeloupe qui partant dérange pour ce qu’ils sont encore inquiétés ?

Hervé Pinto délogé, 23ème jour de grève de la faim
Rappelons selon le journal France Antilles HERVE PINTO et Makandal et des dizaines de militants nationalistes, indépendantistes, et afro centristes : professeurs, avocats, sociologues, médecins   avaient organisé « un séminaire à la Mutualité et invité le LKP de Guadeloupe les 17 et 18 Mars 2017 à un « Lyannaj » pour les « terres volées » des collectifs « justice et terres volées 972 » « Comité de défense de l’image de la justice ». « Nouvelle donne résistance civique dont (cité de France Antilles) le responsable Mackandal : « souhaitait une application de la justice conforme aux principes des droits de l’homme et de la constitution française »


 CI-JOINT   CI-JOINT DOCUMENTS N°10
 DU JOURNAL FRANCE ANTILLES

Nous répétons et insistons,  que faire  grief à l’écrivain militant nationaliste Barik Mackandal et à son collègue Magnan Ignace, concernant des tiers  - tel qu’il  est ressorti dans l’ordre de perquisition préfectoral - du 13 Juin 2017 est  par conséquent  exagéré et totalement déplacé DES PREJUGES  INADMISSIBLES :
a)      Parlant du  2 juin 2017 ! S’agirait-il  d’une chasse aux sorcières confessionnelle entretenue des mesures d’état d’urgence contre Barik Mackandal et son collègue mahométan qui ont été perquisitionnés ?
b)       Le chercheur et écrivain alias Mr Barik Mackandal et son collègue Ignace MAGNAN  n’avaient rien à voir : « le 2 juin 2017 d’un jeune de Rivière Pilote, interpellé au Fort Saint Louis criant des propos menaçants à l’entrée, interpellé par les militaires et des fonctionnaires de police ».
c)      Partant de 2012 ! s’agirait-il, encore  d’une chasse aux sorcières confessionnelle entretenue des mesures d’état d’urgence ? Que d’évoquer  «  un incident ou faits divers, à Rivière Pilote entre les gendarmes et un forcené schizophrène bipolaire et dangereux  FLORENT PATRICK qui aurait dû être soigné à sa sortie des hôpitaux ; ce qui n’avait rien à voir l’écrivain alias Mr Barik Mackandal ».

d)     A Rivière Pilote et aux Antilles Guyane Barik allias Mackandal Barka connait d’autres martiniquais non musulmans et musulmans et ou intellectuels, eux, sans histoire, y compris des centaines de ses compatriotes.


e)      En l’occurrence à Rivière Pilote Barik alias Mackandal est censé connaitre  DIDIER DOMI JOUEUR DU PSG (actuellement au Qatar), ses parents, qui s’est converti  où est le problème ?
CI-JOINT DOCUMENT N°11

f)       A Rivière Pilote et en Martinique il existe d’autres intellectuels ou autres musulmans sans histoire ; pourquoi une chasse aux sorcières vis-à-vis de l’écrivain nationaliste indépendantiste mahométan Barik alias Mackandal pour les gens qu’il connait ?

              DOCUMENT N°12

CONSIDERANT 37 ANS  DE  TRACASSERIES ADMINISTRATIVES
DE /1980 A 2017/
LES PERSECUTIONS ET CONFESSIONNELLES ET POLITIQUES

Il est parfaitement justifié une saisine auprès des Tribunaux français et européens et a l’attention du :

·         SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE

·         ET LA LIGUE EUROPENNE DES DROITS DE L’HOMME


*A  Mr LE PREFET Mr Fabrice RIGOULET-ROZE , Préfet de la Martinique, Chevalier de l’Ordre du Mérite


Rappelons  qu’en 1976  en  France et à la Martinique SERGE BARRIQUE  a  été soutenu par le Mouvement Indépendantiste Martiniquais (avec souscription et signatures) pour avoir  refusé dans l’armée  de participer à une guerre coloniale( jugé et amnistié ) à l’instar de Cassius Clay au Vietnam, la France n’était pas en Guerre.

 Ci-joint document   N°13

·         Considérant qu’en 1979 Barik alias Barka, s’est vu refusé par les tribunaux pour sa fille le prénom « AZIZA » et gagné un procès à ce titre (Voir Journal LIBERATION « Occident Le Maire de Paris s’oppose au Choix d’un Martiniquais Musulman AZIZA un prenons indigne d’une française (Article 5 -6 Janvier 1980 Libération D. FROT).
  
Ci-joint DOCUMENT   N°14

·         Considérant l’Article cité dans la revue lumière de la FNMF concernant cette affaire d’AZIZA. Article dans lequel le secrétaire général de la FNMF (Fédération Nationale des Musulmans de France) Monsieur Chérif N’DIAYE sénégalais de nationalité française, ex ambassadeur aux affaires musulmanes (avant et après l’indépendance du Sénégal)   a écrit comme suit ;
« Mais il ne va pas sans dire que ce retour aux sources ne se fait pas sans difficulté, car les nouveaux reconvertis rencontrent dans leur vie sociale, économique toutes sortes de tracasseries administratives, juridiques et communautaires auprès des Autorités administratives, juridiques et communales françaises. Bien sûr ; cela peut s’expliquer par le milieu hostile culturellement, car il ne faut pas oublier que la culture judéo-chrétienne à toujours été hostile à l’islam. Cependant cela n’a nullement entamé l’ardeur, le courage et la détermination de nos frères reconvertis qui entendent vivre pleinement leur religion. »
« Monsieur Chérif N’DIAYE sénégalais, ex ambassadeur aux affaires musulmanes  avant et après l’indépendance du Sénégal écrivait en substance :
La population des Antilles Guyane a, depuis quelques années déjà amorcé sa reconversion à l’islam, qui il faut le dire, fut la Religion de ses ancêtres africains que les esclavagistes avaient déportés dans ces îles des Caraïbes pour la culture de la canne à sucre,  du café, tabac,  et d’autres produits destinés à alimenter le marché européens.
En effet, cette population noire, réduite en esclavage était, effectivement de confession religieuse musulmane que les esclavagistes firent convertir de force au christianisme. C’Est donc un retour pur et simple  à la Religion des Ancêtres africains qui explique le mouvement de cette reconversion qui commence à prendre une ampleur considérable et partant dérange »…

CI-JOINT DOCUMENT  /N°15


·         Considérant que Monsieur Barik alias Barka avait fait l’objet parce mahométan chiite d’une interpellation de masse à la salle de la Mutualité à Paris lors d’un anniversaire vers 1985 de la République Islamique d’Iran.
·         Considérant par suite,  les persécutions dues à l’entrisme policier à Paris dans la famille de Mr Barik x alias Mackandal Barka   ayant entrainé des préjudices familiaux et  fait l’objet d’un mémorandum au président de la République française Monsieur François MITTERAND, à la Ligue des Droits de L’Homme, e au Syndicat de la Magistrature et  aux Associations de Défense de la Communauté Noire en France..
·         Considérant le courrier susmentionné du 5 Février 1995 adressé par le Secrétaire Général de la FNMF : « concernant un fonctionnaire de la Police à Rivière Pilote, venu voir Mr Barka Barik M Mackandal pour exercer sur lui des pressions de nature à perturber son action au service de la Délégation Antilles Guyane de la FNMF qu’il représentait ».

CI-JOINT DOCUMENT   N°16/ & N°1


·         Considérant en 2012 la convocation par la Gendarmerie pour affaire ne concernant que Florent Patrick comme sus indiqué n’étant du ressort que d’une chasse aux sorcières dirigée contre un nationaliste martiniquais mahométan et chercheur indépendant.
Notre présent  recours au Syndicat de la magistrature et à la ligue des droits de l’Homme est donc indispensable vu les tracasseries exposées telles que :

·         Considérant la cadence des convocations de la police et la perquisition des Renseignements généraux ci -joint, destinés à effrayer et inquiéter n’importe quel militant afro descendant : vodouisant, égyptianisé, animiste, rasta, afro centriste.
·         Considérant ces mêmes faits de chasse aux sorcières, formulés d’une persécution et d’intimidation confessionnelle et politique de 1979/80 à 2017.
·         Considérant que ceci s’est renouvelé de l’état d’urgence et de l’arrêté dont ont été victimes les militants perquisitionnés (Mr Ignace MAGNAN et   Mr Barik x alias Barka Mackandal nationaliste indépendantiste mahométans.
·         Considérant l’acharnement en rapport au caractère répétitif et la cadence des convocations (ci-joint) dont la dernière en date du 13 Juin 2017 remonte à l’Ordre et l’arrêté de Mr le Préfet Fabrice RIGOULET consécutif à l’ordre de perquisition dont les plaignants devront procéder d’un recours en annulation dans un délai de deux mois en conséquence. 

LIBELLE DE LA LISTE DES CONVOCATIONS DE POLICE :

 CONVOCATIONS AU COMMISSARIAT CI-JOINT DOCUMENTS N°17/N°18/N°19/N°20/N°21 /N°22 /N°23


·         10 Août 1982 Commissariat place STALINGRAD à Fort de France Inspecteur de Police BRIAND
·         18 Août 1982 Bureau de la Gendarmerie 120 Rue Victor Sévère
·         6 Novembre 1997 Bureau de la Gendarmerie Nationale Rivière Pilote
·         19 10 2001 Yves SANCHEZ   Fort de France Direction de la Surveillance du Territoire PST Antilles Guyane

·         15 11 2001 Direction Régionale Des Renseignements Généraux Antilles Guyane/ Direction de la Police Nationale Lieutenant de Police Roger MOMEY
·         18 Mai 2005 Convocation lieutenant de Police (pas de nom mentionné sur la convocation).
·         13 Juin 2017 Ordre de Perquisition de Monsieur le Préfet Fabrice RIGOULET-ROZE, préfet de la Martinique.


   -CONCLUSIONS (I)


Nous savons combien l’esclavage comme « crime contre l’humanité » a été  reconnu » par le nouveau  Président de la République récemment élu Monsieur Emmanuel MACRON ; de même que  pour l’ALGERIE et  la colonisation de cet  ex-département   devenu indépendant. 


Il n’en demeure pas moins que nous afro descendants sommes victimes  de surcroit, d’un crime contre la parenté et l’identité, puisque contrairement aux européens qui s’identifient de leur patronyme ; les nôtres ont été occultés, en ce qui concerne notre parenté africaine ; nous n’avons pas le plaisir et la satisfaction  généalogique des européens de pouvoir remonter leur lignée ancestrale « des Gaulois jusqu’à Napoléon, en passant par Victor Hugo, Voltaire, Descartes et autres).

   CI-JOINT DOCUMENT/N°24



NOTRE OBJECTIF EN TANT QUE CHERCHEUR NATIONALISTE ET MAHOMETAN AUX ANTILLES CONTRE LES SECTES ET LEUR MANIPULATIONS

·         Considérant que nous avons réalisé comme modeste chercheur et écrivain martiniquais nationaliste et mahométan ce que le ministère de l’intérieur ou ministère ou du culte, responsable de cibler les sectes, n’a pu réaliser en Martinique : nos recherches à cet effet ont été exposées dans le livre « L’AME DE L’ISLAM AU CŒUR DES ANTILLES GUYANE » :
1.      Ce que nous avons fait c’est pour protéger notre société des sectes du Wahhabisme et du Salafisme  et de l’exploitation et sortilèges du  maraboutisme ;  un anachronisme du fanatisme wahhabisme et du Salafisme qui voudrait effectuer une captation des esprits pour une assimilation sectaire déjoué  par Nous, puisque dénoncée part nos travaux en Martinique et en Guadeloupe.


VOIR DOCUMENTS N° 2 & N°2/A

2.      Rappelons  que des responsables sectaires étrangers (Mourides, Baye Fall, Wahhabites et Salafites et autres sectes de marabouts africains parasitaires aux Antilles-Guyane) sont nominés au prorata d’une  reconnaissance officielle   en fonction des manipulations  qu’ils ont le pouvoir d’exercer, pour tenter d’influencer et  zombifier des groupuscules parmi leurs sectateurs   au sein de nos populations.

3.      Ceux-ci s’acharnent   à manipuler nos ressortissants martiniquais ou antillo guyanais afin de les rendre malléables, fragiles et désorientés qu’ils soient des proies faciles à escroquer et extorquer...
·          C’est de tout ceci que nous dénonçons et condamnons dans nos écrits, recherches, livres, blogs et vidéos. Y compris dans « L’AME DE L’ISLAM AU CŒUR DES ANTILLES GUYANE » :


4.      Nous ne sommes pas de l’arabité ethnique même en tant que mahométan et nos  écrits et vidéos  n’ont cessé de dénoncer cette volonté au mimétisme d’arabité anti-antillo guyanaise et d’assimilation, aux costumes et faciès d’ethnicité arabe, sans rapport ni avec nos traditions, ni avec la religion tel que :

5.       les kamis, et au turban et fasciés ostentatoires pour notre peuple humble et nationaliste.


6.      Concernant le charlatanisme et l’usage de faux diplôme musulman en Martinique et aux Antilles, (







CI-JOINT DOCUMENTS N°25  /Faux diplôme


7.      Nous avons dénoncé la captation et dilapidation des fonds par des tiers usurpateurs (frappés de prescription) venus pour le commence aux Antilles Guyane depuis 1931, suite à la création de l’Etat d’Israël en Palestine) pour une mosquée en Martinique dont nous étions historiquement à l’origine du projet en France dès 1980.

  
CI-JOINT DOCUMENTS N°26  /JOURNAL QUESTION « Actualité Septembre 1997 Interview sur KMT ex LCL de l’Imam Ignace Magnan  Désir Souleymane Président de la Ligue Islam Antilles Guyane


8.      Que vous le sachiez, c’est de tout cela que nos ouvrages, écrits, journaux et vidéos veulent prémunir et avertir les peuples antillo-guyanais et telles sont les  chroniques de notre   mission aux Antilles Guyane avec l’autorisation de nos  savants  décédés et vivants qu’elle  soit accompli est en ce sens pour, ce qui est bon  et à rejeter le mauvais sans complexe ou complaisance.
9.      Veuillez trouvez copies de faux diplôme dénoncée par la République de Gambie en date de 1982/82

10.  Veuillez trouvez les éléments de lutte contre le charlatanisme et le maraboutisme qui exploitent les populations des Antilles Guyane « Publication ABUS ET SORTILEGES » DE LA VOIX DU ¨PEUPLE EN GUADELOUPE

   CI-JOINT DOCUMENTS N°27 : RADIO VDC GUADELOUPE ABUS ET SORTILEGES


CONCLUSIONS II  (transcription du texte de protestation)
du
COLLECTIF  CONTRE LA REPRESSION EN RAPPORT A L’ETAT D’URGENCE


   CI-JOINT DOCUMENTS N° 28

TEXTE INTEGRAL/ COLLECTIF  CONTRE LA REPRESSION EN RAPPORT A L’ETAT D’URGENCE

La répression et les abus de l’état d’urgence et des harcèlements et perquisitions préfectoraux et policiers inquiètent des militants martiniquais nationalistes, autonomistes et indépendantistes.
Dans la conjoncture de harcèlement, de complot autour de l’affaire PINTO HERVE les camarades Mackandal alias Barik X Barka  et  Magnan Ignace (guadeloupéen  d’origine ) viennent de subir le 13 Juin 2017 une perquisition à leur domicile respectif  et  dans leur entreprise de Télévision Kmasphère au 66 Bld du Général De Gaulle à Fort de France  un média  TV  qui soutient  le « Collectif des terres volées et son représentant le syndicaliste militant   PINTO Hervé en grève de la faim.
La répression et les abus de l’état d’urgence et des harcèlements et perquisitions préfectoraux et policiers ont mis sur la sellette des militants martiniquais nationalistes, autonomistes et indépendantistes dont le pouvoir colonial ne peut acheter le silence.
Dans la conjoncture de harcèlement, de complot autour de l’affaire PINTO HERVE les camarades Mackandal alias Barik X Barka  et  Magnan Ignace (guadeloupéen  d’origine ) viennent de subir le 13 Juin 2017 une perquisition à leur domicile respectif  et  dans leur entreprise de Télévision Kmasphère au 66 Bld du Général De Gaulle à Fort de France  un média  TV  qui soutient  le « Collectif des terres volées et son représentant le syndicaliste militant   PINTO Hervé en grève de la faim.
Rappelons selon le journal France Antilles PINTO HERVE et Makandal et des dizaines de militants nationalistes, indépendantistes, et afrocentristes : professeurs, avocats, sociologues, médecins   avaient organisé « un séminaire à la Mutualité et invité le LKP de Guadeloupe les 17 et 18 Mars 2017 à un « Lyannaj » pour les « terres volées » des collectifs « justice et terres volées 972 » « Comité de défense de l’image de la justice ». « Nouvelle donne résistance civique dont (cité de France Antilles) le responsable Mackandal : « souhaitait une application de la justice conforme aux principes des droits de l’homme et de la constitution française »

   Ci-joint documents 

Cependant l’Ordre de perquisition du préfet de la Martinique à l’entreprise et au domicile des intéressés (Ignace et Mackandal) en vertu de l’état d’urgence est déplacé et exagéré totalement fallacieux, puisqu’il ne s’agit pas de délinquant mais de militants dans leur droit et devoir de liberté politique et de conscience.
L’Ordonnance du préfet au contraire   faisant référence à   :
·         « Mackandal l’auteur d’un livre » » ;
·         « D’appeler à la révolte du peuple martiniquais de concert avec les peuples du camp de la résistance mondiale anti-impérialiste et anti sioniste » ;
·         Prétextant le 2 juin 2017 :
·         « D’un jeune de Rivière Pilote, interpellé au Fort Saint Louis criant des propos menaçants à l’entrée interpellé par les militaires et des fonctionnaires de police ».
·         Comme il a été en 2012 d’une rixe à Rivière Pilote entre les gendarmes et un forcené schizophrène bipolaire et dangereux que l’administration aurait du soigner à sa sortie des hôpitaux ».
Les considérants de la perquisition préfectorale, ne tiennent pas compte de la liberté des militants en matière d’opinion et d’expression politique ou d’opposants anticolonialistes : 

·         Deux des premiers ouvrages de Mackandal « DIALOGUES POLITIQUE DISCOURS DE LA REVOLUTION CULTURELLE parlent de changer l’homme et la société »
·         L’État et ses autorités préfectorales de France et Navarre ne sont pas censés ignorer les journaux et organes du courant communiste publiés en France tels que :
« Combat Ouvrier » et le Journal   « Révolution Internationale » dont le slogan révolutionnaire « Prolétaires de Tous Pays Unissez-Vous » ! Le dit organe du courant communiste révolutionnaire international est distribué par les NMPP, imprimé à Toulouse-Directeur de Publication D VAN N° de commission paritaire 54 267.
·         Il existe en Martinique le Groupe Révolution Socialiste GRS et l’Alliance Ouvrière Paysanne (AOP).


Ce que l’ordonnance de perquisition préfectoral veut nous signifier en Martinique, ou en Guadeloupe/Guyane c’est que des militants nationalistes seraient suspectés d’être  « des criminels » ; parce qu’ils s’inspirent de leurs héritages ancestraux Culturels et ou spirituels ainsi sont épinglés ces militants anticolonialistes Mackandal et  tous autres afro descendants fils et filles des africains déportés
Pour le système colonial nos chercheurs ou militants atypiques s’agissant de leur slogan « Révolution Culturelle » ou de leurs écrits et vidéos se voient refuser les mêmes droits et la même liberté d’expression que les organes communistes officiels des français.
Le vrai constat dans le contexte de répression relatif aux lois d’état d’urgence est celui de la république transformée en l’état policier. (Réf Google article 2/04/2012 Martinique Guadeloupe dérives extrémiste de droite et vigie pirate).
Les militants ne peuvent accepter d’être criminalisés à l’instar des foires d’exposition coloniales suspectant de « barbares anthropophages » nos ancêtres africains et Kanaks en face de la civilisation blanche dite supérieure fille ainée de l’église…
Nous Afro descendants, et tous les nationalistes, et indépendantistes vrais et patriotes martiniquais, guadeloupéens, guyanais doivent faire bloc. Par conséquent la nouvelle guerre de civilisation coloniale, ne serait-ce que par les lois d’état d’urgence ne peuvent empêcher les gens noirs (africains)  afro descendants et à peau basanée  de se référencer par rapport à leurs héritages ancestraux africains et autres : Égyptiens, vodouisants, kalinagos, indous, mahométans, animistes, Rastas aux antipodes des colons français. Ceux-là même des impérialistes et esclavagistes qui ont cherché à convertir leurs ancêtres et grands parents autres sous peine de mort et de tortures.
En dépit du climat de suspicion entretenu contre tous ceux des nationalistes et indépendantistes dont le silence ne peut être acheté au profit de la terreur coloniale de « l’état d’urgence ». Nous dénonçons    l’extrême gravité de cette continuité de la guerre de civilisation menée depuis quatre cent ans à nos jours aux Antilles Guyane contre nos ancêtres et Nous les fils et les filles des africains déportés, des Kalinagos, des Indiens de l’inde tous esclavagés et en partie victimes des crimes contre la parenté, l’identité et l’humanité.
Dans le contexte anticolonialiste aux Antilles Guyane les gens noirs et à peau basanée ne peuvent accepter d’être visé des harcèlements préfectoraux et policiers qui font feu de tout bois pour les fichiers «  S » ou du renseignement.
Les militants en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane ne peuvent faire les frais des politiques erronées ou diplomatie de la raison d’état qui fait feu de tout bois.
 Les vrais mobiles remontent à la guerre de civilisation que le pouvoir politique colonial français a toujours menée dès la traite, déportation et l’esclavage des peuples Kalinagos et africains qui étaient aux Caraïbes, aux Antilles et aux Amériques des gens (noirs) africains vodouisants et ou mahométans engagés dans leur résistance anti esclavagiste.
Dans ces conditions d’état d’exception dont ni les militants ni nos peuples ne sont responsables des erreurs notoires de la diplomatie française et de la politique étrangère  décriées des hautes sphères.
Nous condamnons de telles erreurs régaliennes, notoirement dénoncées de médias libres, du financement et armement des opposants à l’État syrien allié de l’ALBA (Alliance Bolivarienne des pays d’Amérique du Sud) avec ses drames en France  une martiniquaise policière lâchement  assassinée  Clarisse Jean Philippe et  lui Thiery DHOL otage enlevé en Afrique.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de notre haute considération.

P /o les camarades et frères perquisitionnés le 13 Juin 2013
 Serge BARRIQUE alias BARIK BARKA M Mackandal
Magnan Désir

·         Facebook : COMITE DE DEFENSE DE L’IMAGE DE LA JUSTICE
SECTION ANTILLES GUYANE FRANCE 
BP N° 39/97211 MARTINIQUE
TEL : 0696 16 15 42
·         COLLECTIF  CONTRE LA REPRESSION EN RAPPORT A L’ETAT D’URGENCE