dimanche 29 août 2010

L’exemple de Béhanzin pourrait symboliser non seulement l’exemple des chavistes, mais aussi celui du martiniquais Frantz Fanon, chrétien de naissance




Extraits du livre "L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane".
323
V. Choix stratégique de BEHANZIN…
Choix stratégique de BEHANZIN à l’instar des Symboles anti-impérialistes d’alliance
multilatérale islamo caribéenne et sud américaine avec les musulmans du monde.
L’exemple de Béhanzin pourrait symboliser non seulement l’exemple des chavistes, mais
aussi celui du martiniquais Frantz Fanon, chrétien de naissance au devenir révolutionnaire ;
un non musulman qui n’a pas hésité sous aucun prétexte à s’engager aux côtés des
musulmans algériens, contre les colonialistes dans la lutte de libération de l’Algérie ; qui l’a
promu combattant, puis théoricien et ambassadeur du GPRA170 en Afrique. Il a fait ce qu’ont
fait avant lui tous les sincères combattants de la liberté. Sans toutefois oublier que beaucoup
d’autres chefs africains lucides et progressistes, comme le Roi Béhanzin se sont ralliés avec
leurs peuples à la lutte héroïque révolutionnaires de nos ancêtres bien guidés qu’ils soient
éthiopiens ou africains musulmans ( et on peut citer Cheikh Touré ) pour : Bilal, Soundiata
Keïta (convertis en 1300 ch) Kanka Moussa, (1325) Ousmane Dan Fodyo, El Hadj Hadj
Omar , Soni Ali ( 1493) SamoryTouré, Mohammed Touré (1493-1529) Ahmadou Bamba etc.
etc. des Grands Résistants musulmans africains. Ce qui n’est jamais enseigné aux Antilles de
concert avec les occidentaux
Pour repousser l’ennemi et ses dangers nos ancêtres ont toujours eu, même avant l’islam les
peuples frères de l’Orient comme alliés pour protéger l’Afrique. A plus forte raison avec
l’avènement de l’islam nos ancêtres africains purent compter sur leurs frères et alliés arabomusulmans
et orientaux qui les ont soutenus contre les envahisseurs impérialistes
européens : portugais, espagnols, anglais, français et autres pour la révolution antiimpérialiste
avec la résistance africaine musulmane, depuis les sanctuaires de l’islam à la
Mecque à Damas, en Egypte, au Kurdistan et au Khorasan.

samedi 28 août 2010

POUQUOI SCIENTIFIQUEMENT LES RESISTANCES LATINO AMERICAINES/CARIBEENNES SE REJOINGNENT AVEC LES RESISTANCES ISLAMIQUES

10 mars 2007 , par FRERES DES ILES [Synoptique]
FRERES DES ILES SOUITIEN DIEUDONNE

CENTRE ISLAMOLOGIQUE AFRICAIN-CARIBEEN DE RECHERCHES ET DE LA PENSEE MUSULMANES E mail : freresdesiles@yahoo.fr TEL : 0696 82 27 38 « Peuples afro-caribéens et toutes composantes confessionnelles, laïques et ethniques unissez vous ! ».

AUTODÉTERMINATION EN RAPPORT AVEC ORTHODOXIE DES RELIGIONS CHRISTIANISME, L’ISLAM, LES ASPIRATIONS FONDAMENTALES DES PEUPLES.

AVANT 1916 , L’ISLAM A TOUJOURS ÉTÉ UN SYSTÈME INDÉPENDANT DU SYSTÈME OCCIDENTAL ,DANS SA DYNAMIQUE ACTUELLE DE RÉINTÉGRATION SYSTÉMATIQUE ,ET DE RÉSISTANCE NE PRÉVOIT-IL PAS VIS-A VIS DES PEUPLES OPPRIMES DES CARAÏBES LE SOUTIEN A LEUR AUTO DÉTERMINATION ?

L’islam conçoit et admet les évolutions des peuples opprimés qui passent par l’autodétermination. C’est là l’actuelle tangente conceptuelle de la réalité évènementielle auquel les peuples et nations caribéennes doivent poser solidement les pieds. Eu égard l’observatoire régional caribéen et sud-américain il est patent de faire constat des grands retours, des traditions populaires et religions qui font l’histoire des civilisations. Il ne va pas sans dire qu’à l’unissons du combat planétaire de l’islam, l’on remarque que l’anti-impérialisme des peuples réintègre désormais le divin et le sacré ou leurs traditions religieuses unitaires d’une résistance spirituelle, nature-culture, sociale et temporelle. Désormais de par leurs attaches traditionnelles des peuples naguère fractionnés, victimes des frontiérismes, divisés par la tierce culture dominante occidentale, emboîtent le sacré et du divin, à l’unisson de l’islam contre l’impérialisme. Le sacré ou le divin au cœur de l’anti-impérialisme vient en prévision, telle une alternative salutaire et libératrice, face à l’impasse des travers et des dangers du nationalisme ethno racial, né en occident, un contre modèle de plus en plus rejeté par les victimes du système. Avec les missionnaires et conquistadors occidentaux le nationalisme ethno racial de l’occident avait fait table rase de l’existant culturel, de la nature-culture chez les peuples et pays dominés. Epargné de tels travers,l’islam a toujours été un système indépendant en terre islamique, le comble c’est la triste expérience de la sortie contraignante à laquelle la oumma (communauté islamique internationale) a été acculée dès 1916 par les stratégies impérialistes occidentales et pro-occidentales de l’intérieur. Une sortie forcée de son orbite et à l’intégration forcée de systèmes étrangers ; d’où les convulsions planétaires pour la réintégration actuelle qui se vivent mondialement et dont opposants et partisans du changement ne peuvent se montrer indifférents. Pour ce qui diffère dans le cas spécifique, des caraïbes dans ses évolutions différentes de la réalité historique du monde islamique doté puis dépouillé, de son propre système islamique, culturel et ou institutionnel indépendant ; puis maintenant en voie de revendication, d’efforts tout azimut , en vue nécessairement de sa réintégration. Il ne va pas sans dire qu’il en est tout autrement des peuples caribéens qui n’ont pu avoir ni la liberté ni le pouvoir de finaliser la création et ou la conception de leur propre système indépendant de celui imposé par les colonisateurs ou impérialistes occidentaux. Mettons à part l’expérience ô combien salutaire et positive évolutive : cubaine, haïtienne, bolivarienne vénézuelienne, et les systèmes indiens bolivien ou d’ailleurs, des tribus incas et autres, etc. Il conviendrait de faire remarquer, que parallèlement toutes les convulsions et tentatives de résistance islamique à sortir du système occidental pour réintégrer leur propre système intéresse, dans notre réalité quotidienne et au plus haut point tous les pays anti-impérialistes latino-américains aspirant à se dédouaner de l’hégémonie occidentale et américaine ... Pour ne citer que Cuba de Fidel Castro, la Vénézuéla de Hugo Chaves, la Bolivie de Moales, le Brésil , les résistances haïtienne, guatémaltèque, colombiennes etc. etc.... Sans parler en Asie de la Coré du Nord et des résistances : multiformes, et muti-obédiences dans tout le reste du monde. De ce fait une solidarité objective lie implicitement et objectivement tous ceux des peuples aspirant à l’autodétermination et à se libérer du système occidental et ou du libéralisme. Et quelle aspiration légitime selon le positif raisonnement ! que des nations non européennes des caraïbes et de l’Amérique du Sud de s’inspirer de tous les anti-systèmes entrain de s’opposer par les résistances orientales et ou moyen-orientales face à l’occident. Et ce, pourquoi pas, dans une logique de pédagogie de sortie des impasses hégémoniques occidentales voire là où gangrènent les néo-colonialismes multiformes. De là les pays caribéens, sud-américains, de cette pédagogie anti-systémique vont pouvoir réinventer par eux et pour eux, et à leur niveau, un système différent de celui des SUPERPUISSANCES d’occident et de l’Amérique. Rejoignant le postulat de 1955 de BANDOUNG du non alignement en s’inscrivant dans une logique de solidarité basée sur une conception d’un « pluri vert » en remplacement d’un univers centré sur les politiques post-coloniales américaines et ou occidentales, anti-écologiques et contre la nature et l’humain. En ce sens, n’en déplaise à certaines subjectivités qui ne prennent pas l’habitude de l’intérêt supérieur de leurs peuples et nations mais qui gambergent dans un nombrilisme corporatiste pro occidental. Il est une affirmation qu’il doit exister des liens objectifs Sud sud, entre les peuples opprimés d’obédience islamique ou non islamique quels qu’ils soient. Il en convient comme la circulation naturelle des atomes de l’univers, que de tels liens constructeurs, une voie de la libération de l’oxygène de la vie humaine, et des peuples pour leur survie et développement. Ces liens des peuples transcendent les divisions que les Superbes et manipulateurs sous prétexte du christianisme et « de l’islam américain » et de d’autres idéologies veulent créer pour tenter de briser les stratégies communes des peuples censés s’opposer aux pôles d’injustices de la domination mondiale, en fomentant des querelles entre nations, religions, des méfiances, antagonismes, qui n’ont rien à voir avec ni l’essence, ni l’esprit, ni la lettre des textes divins sacrés et des messagers Jésus, Moïse, Mohamed (Paix sur eux).

C . I. A. C. R. P. M.

O.P.F.I. (Organisation de Propagande Des Frères des Iles). freresdesiles@yahoo.fr

ALLONS ENFANTS D’UN MÊME COMBAT ! PEUPLES NOIRS ET AFRICAINS CARIBÉENS MUSULMANS DE LA « NOUVELLE AFRIQUE » ! PRÉPARONS NOUS MENTALEMENT, IDÉOLOGIQUEMENT ET STRUCTURELLEMENT AU REFUS COMME LE HAMAS DE RECONNAITRE TOUS LES COLONIALISMES ! PEUPLES NOIRS ET AFRICAINS CARIBÉENS MUSULMANS PRÉPARONS D’UNE IDENTIFICATION DE LUTTE ANTI-IMPÉRIALISTE AVEC LA RÉSISTANCE ISLAMIQUE PALESTINIENNE ET LES RÉSISTANCES ISLAMIQUES ANTI-COLONIALISTES & ANTI-SIONISTES. PRÉPARONS LÉGALEMENT À ORGANISER SUR NOS PROPRES BASES NOS MANIFESTATIONS DE SOUTIEN A LA PALESTINE EN MARTINIQUE ! UNIFIONS LES LUTTES AUTOUR DE LA JÉRUSALEM (QODS) ET DE LA FRATERNITÉ ABRAHAMIQUE ! De la même manière que certains mouvements dans l’orbite euro américaine tentent de saper les bases culturelles ou institutionnelles islamiques en Palestine en se réclamant d’une idéologie les rapprochant de la politique des colonialistes euro américains et israéliens au point de combattre les mouvements islamiques. De la même manière que de 1930 à nos jours certains éléments ont sapé de concert avec le colonialisme les bases de réintroduction de la culture nègre et des religions africaines ; dont l’islam victime du black out et du traitement colonial de l’administration de concert avec des éléments idéologiques identiques à ceux des détracteurs, sapeurs des bases culturelles ou institutionnelles islamiques en Palestine ; lesquels se réclament aux Antilles Guyane d’expression française de la même idéologie de ravalement négationniste sur les mêmes bases systémiques « dictatogènes » imposées de reconnaissance du colonialisme et de l’assimilation politique idéologique et juridique, culturelle occidentale ; relatifs aux options des éléments endogènes antillo-antillais sou traitants « d’un colonialisme tropical démocratique » rebaptisé assimilation, départements, décentralisation. Les faits en témoignent dès 1930. Les peuples noirs des caraïbes (Nouvelle Afrique) et les africains caribéens musulmans sont victimes des éléments du négationnisme et qui ont sapé la première pierre du libre exercice des droits fondamentaux, à travers la création aux Antilles Guyane dès 1930 des associations cultuelles et culturelles musulmanes qui devrait être le front baptismal d’une base légale de positionnement de l’existence d’une communauté musulmane et ipso facto des autres cultures, et religions africaines. Suivant le Code Noir avant 1848 : « Tous les nègres devraient changer de nom, étaient obligés sous peine de mort, de se convertir et baptiser dans la religion catholique apostolique romaine et baptiste »... Les lois successives ne sont pas une faveur mais d’un droit constitutionnel prescrit dans la législation. La république prescrit en effet des lois concernant la non-discrimination en matière raciale stipulant (selon l’article 187-1) « sera puni d’un emprisonnement de deux mois à deux ans et d’une amende de 3000 F à 40 000 F, ou d’une des deux peines seulement,Tout dépositaire de l’autorité publique ou citoyen chargé d’un ministère public qui a raison de l’origine d’une personne, de son sexe, de sa situation de famille, ou de son appartenance à une ethnie, une nation , une race ou à une religion déterminée, lui sera refusé sciemment le bénéfice d’un droit auquel elle pouvait prétendre ». S’agissant le cas d’espèce de la capacité normale et naturelle à réagir, d’un groupe ethnique, racial ou religieux ; à récuser ni d’accepter, voire de consentir à subir des pressions et avances d’une administration coloniale ou autre. Surtout lorsque ceci procède de l’arbitraire ou de l’illégalité par rapport aux institutions et aux lois édictées du fait de la ladite institution. Est-on censé ignorer ces droits et devoirs dans un pays et une population d’accueil ? Pour l’immigration en Europe et dans d’autres terres d’immigrations l’attitude sera positive et objective pour faire respecter les droits et devoirs au niveau des communautés ! D’autres immigrations, elles, ont assumé leur droit et devoir en Europe, dans les îles de l’océan indien contrairement aux immigrations de 1930 dans les D.F.A. (Départements Français d’Amérique). Elles ont fait preuve de jugement indépendant et de responsabilité bénéficiant, d’une législation relative à la liberté cultuelle et culturelle inscrites dans les lois de juillet 1901 et 1905 concernant les associations légales ; relatives aux libertés confessionnelles et associatives ; aux droits de l’homme et du citoyen. Ce faisant au détriment des colonialistes et sionistes , la religion musulmane diffusée dès 1930 aux Antilles Guyane devraient être comme en France d’aujourd’hui la deuxième religion à la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane. Le refus de l’administration française serait un fâcheux précédent déstabilisateur et décrédibilisant pour la France. D’une part au regard de sa diplomatie internationale ; d’autre part en face de la montée en France et en Europe de la contestation ouvrière, des mouvements politiques et des droits de l’homme. En 1930 les échos d’une quelconque oppression des communautés d’immigrants jordano-palestiniennes aux Antilles Guyane aurait suscité une mobilisation en France et à l’étranger pour attirer l’attention de l’opinion européenne, mondiale et celles des musulmans et de tout le tiers-monde en lutte contre le colonialisme et le fascisme. De tels échos auraient profité, certes aux populations africaines exploitées des caraïbes ; afin de protester et de condamner l’acculturation raciste dont elles sont victimes aux colonies... En 1930 l’édifice colonial en serait fissuré par la conscience de contestation populaire fraîchement encore imprégnée des schèmes et exemples de rébellion du marronnage. Les ondes du mouvement de 1848 étant encore en résonance dans les consciences des populations noires majoritaires toutes fraîchement sorties de l’esclavage. Surtout dans une conjoncture que ne pourrait qu’amplifier le mouvement ouvrier venu de France et de l’Europe. Les référents culturels et des idéologies nourries par le mouvement ouvrier venu de l’occident n’auraient qu’à se conjuguer pour la contestation contre le système colonial, renforcée par l’atavisme culturel d’une population noire fraîchement détachée de l’Afrique des cultures et des religions de ses ancêtres, dont leur Religion musulmane. Par conséquent, la fibre religieuse des populations exploitées et déracinées amèneraient nombre d’entre elles ; à retrouver dans leur reconversion à l’islam à partir de 1930 toutes les raisons de détester l’asservissement et l’exploitation assimilationniste et les combattre comme l’exige la religion musulmane et ses préceptes théologiques et traditions prophétiques et africaines. C’est la raison pour laquelle les minorités de dominations juives à la base du système esclavagiste et colonial aux Caraïbes, dénoncées par FEU Pierre DAVIDAS (dans, Ce que je dis du sionisme) ont organisé de concertation, un black out ; non seulement sur la Religion musulmane religion des ancêtres, mais sur la législation garantissant un droit constitutionnel d’associations cultuelles et culturelles. Ce non seulement, un black out dans leurs logiques de marchandages ; mais parce revenu d’Espagne depuis 1492 avec les « conquistadors » ; les colons connaissant les musulmans, ceux qu’ils appellent les mahométans. Eux et les autres colons français et européens connaissaient la capacité des adeptes musulmans à refuser la métamorphose de l’assimilation judéo-chrétienne et l’exploitation coloniale destinée vers les processus prévu de 1946 à nos jours de la « colonisation démocratique » ; départementalisation, décentralisation, européanisation. La mort culturelle par acculturation « zombification » des noirs africains aux Caraïbes. C’est la raison pour laquelle le traitement colonial utilise des référents religieux étrangers sous traitants soumis un régime « particulier » contractuel et un droit de réserve depuis 1974 aux dernières colonies.

PROJET DE CHANGEMENT DE SOCIETE DU PEUPLE MARTINIQUAIS SOUMIS AUX MUSULMANS DES CARAIBES& AU CENTRE ISLAMOLOGIQUE AFRICAIN CARIBEEN DE RECHERCHE

MANIFESTE POLITIQUE
LES KOMITES NE M’APPELEZ PAS KREOLE
L’Autonomie et L’indépendance oui mais pour quel projet de société et pour quel Homme ?
Pourquoi les problématiques de l’article 73 ou 74 n’apportent rien de nouveau dans la condition de l’homme Martiniquais (se) privé après 1848 jusqu’à nos jours d’une société qui reflète sa culture, son être, son histoire, ses lois, et son avenir…
La lutte ne fait que commencer elle est de CLASSE et de la PATRIE ou de la NATION. Elle doit être aussi la lutte de tout un peuple opprimé, celle de toutes les composantes du peuple martiniquais et le front du refus d’une race dominée, dès le départ, par des minorités de domination associées POUR LE POUVOIR DE CONTROLE ou de DOMINATION DU PEUPLE NOIR dans le monde.
Faire émerger une nouvelle logique constitutionnelle de démarcation est un impératif pour préserver notre patrie et nation:
Nous dirons encore et toujours qu’être français est un choix et celui d’Etre Martiniquais est juridiquement un autre.
Suivant les démonstrations juridiques objectives et empiriques :
La constitution à laquelle certains se réfèrent découle d’un statut colonial infligé pour des mutations du même type. Ladite constitution n’a reconnu l’Homme noir, d’abord que comme un meuble, puis un esclave, et ensuite en 1946 comme un « Affranchi ». .
Nous nationalistes et patriotes devons entendre qu’un tel statut est prévu par le législateur colonial pour enfermer le destin de l’Homme noir, de l’Homme Martiniquais dans le carcan du seul dessein de la civilisation blanche et de ses adeptes tropicaux.
Aucune institution déterminée à bâtir une société pour l’homme martiniquais et au service du peuple et de la Nation ne peut continuer à l’instar du colonialisme d’imposer à l’homme Afrodescendant, à l’Indien, et autres composants Martiniquais, le choix d’un type de société ainsi fait pour les blancs français, békés, et créoles (selon l’assertion étymologique du terme domestique).
Cette société faite pour d’autres (…) que le Nègre et ou le Martiniquais (dans toute sa diversité), suivant l’arrangement d’une telle législation et ou constitution française, nous contraint à nous renier depuis 1848 en tant qu’humains et des hommes et des femmes que nous sommes.
La qualité de Martiniquais suivant le législateur colonial et tout type de régime fondé sur les concepts français (et ou créole), est-ce celui d’être un Homme condamné à ne pas réapparaître comme un Etre à part entière ayant sa propre histoire, civilisation (non européenne), culture, tel qu’il demeure en nous de par nos consciences, origines et notre existence.
Par conséquent, toute réelle autonomie et autodétermination ne sont –ils pas la pleine liberté juridique, le droit et le choix de construire son destin !
Lorsqu’il s’agit de prendre ses responsabilités, il va de soi qu’une rupture s’impose avec toute logique systémique et des habitudes ou attitudes politiques subjectives, si l’on s’engage résolument en fonction d’une mission historique conforme aux intérêts de la patrie et la nation martiniquaise dans le présent et son devenir.
Notre idéologie se doit d’être exemplaire d’une démarche raisonnable indiquant qu’un mouvement ne peut rester dans cette logique systémique juridique et politique qui est assassine et mortifère pour la patrie et la nation martiniquaise.
Les patriotes et les nationalistes doivent faire émerger une nouvelle logique constitutionnelle de démarcation de l’assimilation juridique et politique :
• Face aux obstacles majeurs à la capacité de la patrie et de la nation de se doter de tous les codes moraux, sociaux, culturels, familiaux et autres … Pour empêcher notre « génocide par substitution » : les juristes doivent élaborer le Code de la famille martiniquaise et de l’éducation de notre nation, et couper le cordon français d’une assimilation aux mœurs équivoques et destructeurs sur les nôtres : coutumes, culture tradition et civilisation non européenne.
• Baliser un autre chemin ou une autre voie juridiquement distincte ou opposée aux normes imposées de la législation liées aux français.
• Nous devons changer impérativement de stratégie par une autre manière de penser et de concevoir le cheminement vers l’autonomie et l’indépendance.
Les exemples de ratage d’un tel processus sont nombreux autour du monde et en Afrique. Le désarroi chez certains peuples premiers et peuples africains est surtout fonction de ces types de sociétés reconstruites sur des antivaleurs occidentales et françaises avec l’autonomie ou même « des indépendances » nominales.
La vérité est que d’autres lieutenants, que les colons, qui sont des autochtones maintiennent encore les mêmes carcans de censure de classe et raciale en fonction de différentes réalités idéologiques qui ne changent pas pour autant la situation pour les peuples encore opprimés.
Cependant la lutte de libération nationale, ne se limite pas au juridisme* ou aux approches, de « constitutionnalité » et « d’inconstitutionnalité », à exiger comme leit motif le retrait du statut d’Affranchis. Cette vision innovante d’intellectualité, ne saurait simplifier, la complexité du processus de libération d’un peuple opprimé.
L’histoire et la réalité nous démontrent que la liberté et la libération se sont toujours arrachées de haute et longue lutte. La tache d’un mouvement de libération est d’organiser et de mobiliser le peuple. Il a pour mission de poursuivre les luttes des travailleurs, ceux du mouvement ouvrier, syndical, et des travailleurs agricoles, et de toute la nation. En l’occurrence il doit renforcer cette lutte étant le ferment de l’opposition au système colonial depuis 1848. De cette résistance qui se poursuit de nos jours, il est impératif d’en tenir compte et de tirer des enseignements.
Le patriotisme et le nationalisme le ferment de l’unité de la nation tout entière, ne sauraient être l’apanage des seuls afro descendants mais un sentiment qui doit être le socle de la prise de conscience, de l’unité de tout un peuple engagé dans toute sa diversité pour sa libération de toutes formes d’oppression et d’injustices.
Le patriotisme et le nationalisme rejettent et condamnent toutes les formes de divisions, de par leurs jeux subtils. Ceux-ci ne profitent qu’à la domination de l’ennemi colonial, et retardent la libération nationale.
Tout mouvement de libération nationale combat les diversions politiques génératrices de division et appelle à l’unité et au rapport de force pour contrer l’ennemi colonial.
Toute confusion idéologique d’où quelle vienne est considérée de nature à retarder la libération nationale et à pérenniser la domination coloniale sur un peuple.



Le peuple et la nation ne peuvent au contraire tirer aucun profit des stratégies équivoques, attentistes, voire défaitistes émanent de la volonté des tiers de cultiver leur propre leadership au détriment du mouvement de libération exigeant :
• La vigilance des masses,
• la lutte de classe pour relever les opprimés dominés du système,
• la volonté et du peuple d’en finir avec le système d’oppression colonial dans toutes ses manifestations et ramifications.
Dans ces conditions tout théoricien pour être crédible doit tenir compte non seulement des systèmes socio-économiques inhérents aux composantes du mouvement populaire. Mais au cas où lesdits théoriciens proposeraient d’autres alternatives théoriques innovantes ; ceux-ci ont l’obligation d’en faire état, dans tous leurs aspects doctrinaux : socio-économiques, juridiques, philosophiques et politiques. Ils ont le devoir de faire connaître lesdites doctrines au mouvement et au peuple en toutes occasions lors des manifestations, des mobilisations, et des rencontres avec les masses populaires.
Le mouvement de libération dont la mission est de concilier la théorie et la pratique est le seul garant des intérêts de la patrie et de la nation. Il dispose des prérogatives avec l’assentiment de tout le peuple afin de choisir les options qui divisent le moins afin d’unir tous les éléments et composants de la Patrie de la Nation qui se doivent être rassemblés dans la majorité pour entraîner la victoire populaire et vaincre l’ennemi colonial.
Prenons pleinement notre responsabilité pour reconnaître que les problématiques de l’article 73 ou 74 n’apportent rien de nouveau dans la condition de l’homme Martiniquais (se) privé après 1848 jusqu’à nos jours d’une société qui reflète sa culture, son être, son histoire, ses lois, et son avenir…
Il ne va pas sans dire qu’il s’agit en l’occurrence d’un vrai débat « franco français » une pratique systémique depuis 1946. Autant de concepts politiques inhérents au réformisme systémique de créolisation qui s’inscrivent dans le même registre ou celui de Jacques FOCARD s’agissant de la coopération coloniale pour détourner les fondements des indépendances africaines et le principe de la souveraineté tels que l’envisageaient les martyrs Patrice Lumumba et Thomas SANKARA.
K. N. MA. P. K. 28 07 09 MATINIK

Avertissement à propos du"Juridisme et de la pratique POLITIQUE"
La lutte de libération nationale, ne se limite pas au juridisme, (théories de droit ou autres à l'instar des phraséologies coupées des lois de l'organisation politique de masse), ou aux approches, de « constitutionnalité » et « d’inconstitutionnalité ». Il ne suffit pas d’exiger comme leit motif le retrait du statut d’Affranchis. Cette vision innovante d’intellectualité, ne saurait simplifier, la complexité du processus de libération d’un peuple opprimé. Pourquoi ? Le processus de libération intègre l’élaboration des lois propres aux spécificités du peuple qui se libère. La libération pour qu’elle soit à l’ordre du jour, doit remplacer la force de domination du colon par celle de la libération du colonisé. La force de libération impose ce droit du colonisé. Ce droit du colonisé ne s’impose pas uniquement par de la théorie ou de la pure intellectualité. La théorie la plus juste ne peut vaincre, si celle-ci est coupée de la machine à remplacer un ordre injuste par un ordre juste. Là est la complexité du processus qui arrache la victoire qui ne se donne pas par l’ennemi. La victoire ne s’acquiert que par les sacrifices de tout un peuple et non par un seul homme ou un homme seul ; ni d’un homme qui se coupe volontairement du mouvement de son peuple même s’il évoque mille raisons pour justifier une telle posture.


NON RESPECT DES DROITS DE L’HOMME MARTINIQUAIS PAR LE SYSTEME FRANÇAIS : Crime contre l’identité » et « un Crime contre la parenté ».
1. L’Assimilation du Martiniquais sous toutes ses formes constitue « un Crime contre l’identité » et « un Crime contre la parenté ». Il s’agit d’une d’atteinte au droit de l’homme et d’une menace perpétrée par la France pour l’anéantissement d’une civilisation liée à notre existence, à notre peuple et nation.
2. L’entreprise d’étouffement de la personnalité des Martiniquais par la tierce culture française et européenne est perpétrée par l’état colonial contre le Peuple et la Nation martiniquaise.
3. La présence coloniale française matérialisée par l’assimilation n’est autre que domination de sa tierce culture imposée, pour écraser et faire disparaître celle de la nation et du peuple martiniquais.
4. Une telle domination néfaste empêche l’épanouissement de l’Homme, le recouvrement de ses droits, de son identité nationale et culturelle. Dans ce cas il est privé de la jouissance pleine et entière de son authenticité humaine martiniquaise.
5. La substitution du système colonial est un obstacle l’empêchant d’instituer sa propre condition d’être humain à part entière, étant le reflet de sa propre identité, de sa personnalité de son histoire, de sa culture et de sa civilisation.
6. L’influence de la tierce culture française est un fait accompli de l’antagonisme inhérent au système colonial. Celui-ci est incompatible au type de société propice au rétablissement des droits fondamentaux de la Nation et du peuple Martiniquais : de son histoire, de sa culture, et de sa civilisation
7. L’intérêt de notre nation exige de lutter et de combattre pour garantir l’existence de notre peuple, de préserver sa culture, ses traditions, sa civilisation qui sont les fondements de son existence ; afin d’empêcher leur liquidation par la tierce culture antagoniste et coloniale française.
8. Les Martiniquais sont victimes des « crimes contre l’identité et la parentalité ». Ces atteintes au droit de l’Homme sont perpétrées par les Français et leur système colonial et néo colonial.
9. La subtilité de l’ordre colonial propose de « protéger les biens et les personnes et faire régner l’ordre public » ; alors qu’il s’agit d’imposer ses militaires et sa police coloniale. Cette police et ces militaires ne sont pas destinés à protéger réellement la population, mais afin d’établir par la peur l’ordre colonial sur le peuple et la Nation. L’histoire nous prouve comment ce système étranger et colonial, a réprimé sans arrêt notre peuple dès l’instant qu’il se met en marche pour recouvrer les droits fondamentaux de la nation.
10. Le système colonial se traduit aussi par la domination de sa culture et de civilisation étrangères.
11. Le colonialisme a imposé la télévision, les médias, l’éducation, le cinéma, et d’autres formes de divertissements comme il a imposé dans son intérêt ses militaires et sa police. Il s’agit de contaminer les populations pour les aliéner, et les soumettre à l’ordre colonial.
12. Tout peuple doit traduire comme son mode de vie réel, sur le socle de sa culture et de sa civilisation afin d’empêcher sa propre liquidation culturelle à moyen ou à long et terme : « génocide par substitution » culturelle.
13. Le peuple doit brandir et imposer de manière ostentatoire sa culture comme les codes de son mode de vie. Et s’organiser face à l’agression culturelle coloniale.
14. Le peuple doit être vigilant contre les tentatives d’instrumentaliser sa culture comme abstraction culturelle à travers le théâtre, le cinémas, et d’autres manifestations. Un paradoxe puisque ceux qui légifèrent imposent l’éducation nationale en remplacement de la culture du peuple dominé. La règle de leur communication est « la supériorité » culturelle coloniale de sa culture, dans toute leur manifestation où des feuilletons de la domestication.
15. L’ennemi colonial et ses agents font la promotion de la culture, et l’exploitent dans leur intérêt. Le peuple doit veiller à ne pas permettre la récupération de son patrimoine culturel comme un produit d’apparat, de folklore et d’abstraction ou de fiction traditionnelle.
16. La promotion de la culture martiniquaise est exploitée dans cette subjectivité par la tierce culture française et ses agents occidentaux. Il s’agit suivant cette stratégie de cantonner la culture et la civilisation martiniquaise dans le domaine ludique (divertissements), pour la remplacer, par sa culture. Il s’agit d’empêcher aux Martiniquais d’instituer leur culture et leur civilisation. De cette manière ils peuvent imposer leur logique d’antagonisme culturel colonial.
17. Les problématiques de l’éducation nationale française interpellent la société, le peuple, et les Martiniquais qui ne cessent de dénoncer son inadaptation par rapport à nos spécificités et nos préoccupations.
18. Un peuple réduit à perdre le contrôle sur ses propres affaires devient un instrument aux mains d’autrui.
19. Les activités économiques décroissent, dans un pays où les affaires sont aux mains d’autrui ; tandis que le peuple et le pays deviennent la proie de gros appétits. Dans ce cas ce peuple et ces populations, sont victimes de quiconque peut les dominer.
20. L’Homme Martiniquais de par sa culture est un chef naturel qui donc est fait pour commander ses propres affaires
La colonisation française et la république de droite ou de gauche ne peuvent continuer à enchaîner cet homme Martiniquais.
Les notions de « crime contre l’identité » et de « crime contre la parentalité » visent les martiniquais et constituent des atteintes aux droits de l’homme.
La démocratie et la république à la française aux Antilles Guyane sont un espace colonial. Il constitue une prison ouverte à plusieurs dimensions où le système tente d’enfermer les peuples.
Cet espace d’assimilation est un champ d’expérimentation et de concentration culturel colonial pour « le génocide culturel » des peuples Antillais et Guyanais.
Continuons la lutte et le combat contre la profitasion et la Négrophobie jusqu’à la libération et l’instauration d’un système sans oppresseurs et opprimés.

Nous dénonçons les pratiques racistes et d’oppression coloniale française tels que :

 La destruction des familles martiniquaises, par l’intermédiaire des juges français, des tribunaux et de leurs services annexes.
 La coupure des liens de parenté, une coupe réglée de la famille antillaise et de même que des piliers de référence d’authenticité parentale inhérent à nos origines,nos traditions, nos mœurs et note culture martiniquaise.
 Les droits bafoués de l’enfance encouragée d’appeler la police pour refuser d’être éduqués.
 les causes coloniales des rebellions et de la délinquance juvénile, à la violence sur le parents et professeurs dans les institutions scolaires où sont victimes les enfants et les enseignants aussi bien que les parents.
 L’orientation des jeunes en milieu carcéral plutôt de leur privilégier en amont de notre société une bonne éducation aux normes de la famille autochtone.
 Les préjudices causés par l’influence européenne « qui passe pour parfaite » et domine par un arsenal culturel, législatif, financier, policier et militaire de la domination coloniale.
 L’assimilation française et l’imitation des mœurs, des vêtements, et du mode de vie français et européen.
 La pollution les violations contre la nature et la vie humaine, l’empoisonnement des terres par les pratiques coloniales
 Les nouvelles maladies chroniques engendrées par les dérèglements inhérents à toute consommation coloniale occidentale : le Sida, le Cancer, les congestions, les maladies cardio-vasculaires …
 Le chômage, la crise, et l’apathie qui submergent le pays et aussi bien les jeunes comme les moins jeunes à cause du système colonial.

PROPOSITIONS DE REORGANISATION DU MOUVEMENT DE LIBERATION ET DE LA NATION EN MARTINIQUE EN DIX POINTS

1. Constituer Une Autorité de « LYANAGE » de Salut national sur la base des conventions suivantes :
2. Rejet de toutes les divisions de personnes, de partis politiques, d’associations culturelles, religieuses, sectorielles, et communales et autres.
3. Le Réveil de la primauté d’un profond sentiment patriotique et de sursaut nationaliste, ou national martiniquais sur toutes les considérations et tendances et particularismes. ;
4. Le Réveil du patriotisme et du nationalisme (exemple en Gwadloupe) se doit être fondé sur l’unité face à l’ennemi colonial, l’amour de la patrie avant toutes autres considérations, la fraternité de sang et de peuple, qui donnent la volonté de se battre et de mourir les uns pour les autres pour la survie de son peuple, de la nation et de sa race opprimés.
5. Une dynamique générale de « lyanage Kont Profitation » doit s’imposer. Il faut que le peuple bénéficie pour cette cause de tous ses leviers de mobilisation et de riposte : Syndicats de toute nature, Associations, Partis politiques conséquents. Il faut que le peuple soit mobilisé effectivement et que la rue, à l’instar du 5 FEVRIER continue à dénoncer la PROFITATION ET LES PROFITEURS.
6. Dans l’évolution des situations et des contradictions le peuple doit dénoncer non seulement les PROFITEURS mais les hypocrites ou défaitistes, les transfuges et les faux opposants qui tenteraient encore de « crouillonner » le peuple (dévier et diviser le mouvement) tout en se réclamant fallacieusement de : « militants, de patriotes, de nationalistes, d’intellectuels, de politiques, de religieux, et autres ».
7. Faire de ces propositions une convention obligatoire de salut patriotique et national pour éradiquer tous les maux politiques qui favorisent l’ennemi colonial et retardent la libération nationale tels que : la division dont il est nécessaire d’éradiquer dès à présent, tous les désagréments organisés par l’inconséquence, l’inconscience, et les complicités sournoises qui ruinent l’avènement du pouvoir populaire ; au profit des calculs mesquins qui sont autant de trahisons envers la nation et ses intérêts et droits fondamentaux.
8. Nous devons être prêts sans délais à mettre en place cette stratégie qui nécessite un réel engagement pour la partie et la nation.
9. Nous devons engager toutes les structures et militants sur les critères de la patrie et de la nation pour la mobilisation du plus grand nombre.
10. Engager ce processus politique de manière à ne pas le faire échouer, car ceux qui ont peur de se remettre en question seront les premiers à vouloir faire échouer ce processus avec tous les arguments possibles et imaginables.
Les Komités Ne M’Appelez Pas Kréole
( K.N.MA.P.K.) LE 27 JUILLET 2009

lundi 23 août 2010

Message d'unité d'un musulman guadeloupen à un musulman guadeloupeenAppel à l'arbitrage d'un Savant islamique impartial TARIK RAMADAN



Message d'unité d'un musulman guadeloupen à un musulman guadeloupeen
Appel à l'arbitrage d'un Savant islamique impartial TARIK RAMADAN


Nous pensons qu'un musulman guadeloupéen doit être en phase avec son peuple pour diffuser le message de paix de l'islam. Les musulmans en France l'uoif et les organisations islamiques de France nous donnent à travers leur résultat leur degré d'intelligence et de perspicacité. Il y a des attaques et des guerres à l'extérieur contre les musulmans. La position de la communauté s'est manifestée par l'équilibre entre le soutien fraternel, communautaire et d'éviter les dérives pour préserver les acquis des musulmans et de la communauté de France. Acquis très important pour Allah , son prophète et la Oumma. Les mosquées, le mode de vie des musulmans, leur pouvoir économique et autre. Il n'y a pas en France des confrontations inter-communautaires entre chrétiens, musulmans et juifs. Des erreurs de stratégies et répondre même aux provocations (qui sont déjà nombreuses) pourraient faire perdre à la communauté musulmane de France, du jour au lendemain tous ses acquis et les musulmans renvoyés chez eux hors de la France et de l'Europe comme les Gitans que l'on appelle les Roums aujourd'hui.
Le problème ABDALLAH BORDI,ce n'est pas les images tragiques que tu montres de ces atrocités.Mais l'isolement dans lequel tu t'es plongé dans le peuple guadeloupéen avec l'extrémisme de ta doctrine. Ton enseignement est en marge des problématiques contextuelles guadeloupéennes que tu ignores. Par manque de connaissance de ton peuple et de ton pays et de ses habitants.Tes images peuvent inciter des fanatiques et sectaires à la haine des chrétiens, de leurs pères, mères et soeurs guadeloupéens chrétiens en majorité. Se sont les opprimés de ton peuple guadeloupéen que que l'islam doit soutenir et assister comme indiqué par le prophète (psl). Tu voudrais ,ABDALLAH, renvoyer une image de confrontation. Nous connaissons certains fanatiques doctrinaux issus de certaines écoles étrangères aux problématiques contextuelles.Obnubilés par les mots d'ordres d'un Djihad d'ailleurs mais qui ignorent le sens de la pédagogie de l'effort de formation et de conscientisation islamique et de dés-aliénation, de formation du peuple sur la route de l'islam dans la grande voie de libération. La manipulation vient de l'instrumentalisation de l'ignorance.De ceux qui au lieu de penser de libérer mentalement les chrétiens et frères en ADAM de leur peuple. Disent, en fonction des modèles extérieurs qu'ils sont des "mécréants" à combattre.L'impérialisme et le sionisme se sont servis de tels contresens pour ternir l'image de l'islam là où il devrait briller comme le soleil d'Allah et dans la paix. Je ne sais pas ce que tu veux faire en Guadeloupe avec ta doctrine extrême et l'argent nourricier qui motive. Mais je dois t'avertir en qualité de musulman guadeloupéen comme toi. Les erreurs commises au plan national guadeloupéen dans ce domaine ne te seront pas pardonnées, ni par l'islam, ni par sa oumma, ni par le peuple guadeloupéen. SADAM Hussein n'a pas tiré les conséquences de ses erreurs le monde en témoigne.
MAGNAN Abou Rheda; Ton frère guadeloupéen prie Dieu que tu retrouves la voie de la mesure, la bonne pédagogie, la perspicacité de la sagesse et de la lumière d'Allah et de son messager Mohamed (psl) , tout ce qui mène au salut et à la réussite.

dimanche 22 août 2010

UN MUSULMAN DE L'UNITE ISLAMIQUE PARLE CONTRE LA DIVISION DOCTRINALE ET L'ARGENT QUI INSTRUMENTALISENT LA DIVISION DE L'ISLAM EN GUADELOUPE

LES ENSEIGNEMENTS DE SAGESSE ET D'UNITE DE TARIK RAMADAN UN REMÈDE ET UNE LUMIÈRE FACE A L'EXTRÉMISME DOCTRINAL.

UN MUSULMAN GUADELOUPEEN PARLE À LA COMMUNAUTE MUSULMANE
GUADELOUPENNE ET AUX GUADELOUPEENS.

a) De l’influence mutuelle et réciproque des îles soeurs de la Martinique et
de la Guadeloupe au plan de l’islam.

En tant que musulman Guadeloupéen, au coeur de cette mission islamique ; je confirme
l’évidence : « l’âme de l’islam est au coeur des Antilles Guyane ». C’est l’expression du
témoin et de l’acteur que je suis depuis plus de trente ans de lutte ; je n’ai aucun doute de
l’influence mutuelle et réciproque des îles soeurs de la Martinique et de la Guadeloupe au plan
de l’islam. De plus on sait l’attrait et l’influence progressive que devrait exercer : l’islam en
Amérique Latine, à la Barbade, à Trinidad & Tobago là où les hindoustanis et les Afro
descendants sont très actifs. Ces derniers Afro-Ttrinidadiens de la tendance anti-impérialiste
de Malcolm x, ont été officiellement autorisés à Cuba pour l’appel islamique178 dans les
milieux afro cubains. D’ailleurs toutes les ambassades et chancelleries anti-impérialistes du
monde arabe et afro-asiatique sont bienvenues dans l’île du leader maximo. Certes la
178 L’entraide islamique qui a été l’intermédiaire altruiste, pour la traduction en français et la
publication du Livre » The Soul Of the World de Bilal OMOYALE ex-Andy THOMAS sous le titre
de « L’Islam Âme de l’Humanité » aux Editions Tawhid de Lyon avait reçu un courrier (1982-83) de
l’auteur pour ses royalties, ce qu’il voulait obtenir de l’éditeur, et qui seraient reversées selon Bilal
OMOWALE à cette mission (dawa) officielle à Cuba. L’Auteur souhaitait aussi, effectuer une tournée
pour son ouvrage à succès en Europe, afin de récolter des aides et des soutiens financiers au profit de
cette mission islamique à Cuba.
L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane.
338
Guadeloupe dans sa fierté d’Ignace et de Delgrès à l’image de Mackandal l’haïtien devrait
arriver un jour à retrouver toutes ses racines spirituelles africaines y compris l’islam. Pour
cela, c’est le peuple Guadeloupéen tout entier avec ses partisans, et ses musulmans qui
pourront par leur perspicacité dépasser toutes les formes d’acculturations et de la dictature du
filon qui voudraient reléguer les Guadeloupéens dans une voie sans issue, à cause des
sombres ornières d’ambitions géopolitiques nordiques. Mais à cause du traitement colonial
des religions mis en place pour renforcer la confusion entre le peuple et les musulmans
Guadeloupéens, les partisans du peuple guadeloupéens ;L’entraide islamique et tous les autres
militants du peuple guadeloupéens, ont la grande responsabilité de « séparer le bon grain de
l’ivraie :
-La mise en place par le système du maraboutage »: et de ses charlatans marabouts. A ne pas
confondre avec les « Maurabituns 179» qui ont oeuvré, tels des gardiens et vigiles, de l’islam
pour leur peuple, contre la colonisation. Il faut rappeler que c’est par défaut que le
marabout Sissoko MAMADOU avait plagié en 1980 le lien islamique en Martinique pour
déclarer à Pointe à Pitre Immeuble Capitaine CAVEY « Le Lien Islamique en Guadeloupe ».
Puisqu’il avait récupéré les exemplaires des dossiers « du lien islamique universel en
Martinique» de son compatriote malien El Hadj Fodé Marega.180. Ces dossiers avaient été
expédiés par des frères, fondateurs de cette association basés à Paris à Fodé Marega en
Martinique : leurs projets d’associations, d’une Mosquée et d’un Centre Islamique ont été
récupérés à Fort de France par les «Deux familles » et leurs alliés. Ces statuts ayant été
retransmis à monsieur Sissoko sans l’autorisation des éléments fondateurs en trompant leur
vigilance.
Pour l’anecdote Sissoko MAMADOU contrairement à son confrère marabout Fodé Marega
n’avait pas adhéré à l’Union des Associations du lien islamique universel, très certainement,
179 A)-Selon nos sources historiques (Le Musulman, 29 , 1989, -Etudes Islamiques 10. 1981)
(Lapidus 1988 :689)..Il a été opposé au traitement colonial des religions : l’exemple d’un
mouvement formé par des musulmans de la trempe des « Savants Maurabituns » :
« Le mouvement réformiste du Cheikh Abd al-Hamid Ben Badis (en ex-Algérie française) qui avait
formé une organisation L’A’UMA en faveur d’une éducation islamique moderne. En 1954 en Algérie
L’A’UMA dirigeait 110 écoles avec 20 000 étudiants. Dans les écoles les étudiants étaient préparés
pour la lutte de libération nationale algérienne en 1954 ». (Lapidus 1988 :689).
B)- Cheikh Touré et Alioune Diouf du mouvement réformiste sénégalais (JIR) étudiants en Algérie
avaient été protégé par l’influence des Oulémas Algériens « L’Association des Oulémas musulmans
algériens avait pris contact avec les étudiants sénégalais. Ils invitèrent ces derniers à L’Institut Bin
Badis à Constantine où ils restèrent jusqu’en 1954 ».
c)-Dans une biographie de feu Cheikh TOURE, il est rapporté : « En 1952 les politiciens influents
sénégalais s’étaient engagés de près pour la défense des intérêts musulmans. Ils avaient demandé dans
leurs requêtes l’obtention de bourses d’études pour partir dans les pays arabes. Sous la pression du
Maire de Dakar Lamine Gueye un groupe de six étudiants étaient envoyé en Algérie, dont Cheikh
Touré et Alioune Diouf du mouvement réformiste sénégalais (JIR) responsables de cette organisation
1978 à 1983.( entretien avec Ch Touré. 27.3 1981- Institut des Sciences Humaines de Bamako)
« L’Administration coloniale française qui avait obtenue qu’Alger devînt un lieu d’études, puisque
l’Algérie était sous contrôle français, dévient vite méfiante et essaya d’annuler la décision, exigeant le
rapatriement immédiat des étudiants sénégalais du (JIR) et empêchant leur inscription à l’université
et la perception des bourses. Un complot du colonialisme français et du futur président Léopold
SENGHOR (président de la Commission d’éducation de l’Assemblée territoriale du Sénégal).
L’administration eut un allié de taille en la personne de SENGHOR, son premier acte fut de supprimer
les bourses, car « il ne voyait aucune utilité à l’enseignement de la langue arabe » (SIC)- ( Le
Musulman, 29 , 1989, -Etudes Islamiques 10. 1981).
180 SISSOKO voir Annexe Chapitre 3 Le Lien Islamique en Guadeloupe 19 Août 1983.
L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane.
339
par intuition, il a échappé à la vague de contestation de « la couleur maraboutique déformant
l’islam » lorsqu’elle s’était déclanchée à Paris et en Martinique. Ce qui a été à l’origine de la
délégitimation de l’imam marabout Marega sanctionné pour ses déviations de l’islam.
Un rappel pour nous guadeloupéens des brigandages maraboutiques constatés en Guadeloupe
qui avaient attirés l’attention de nos compatriotes de radio VDC (voir Annexe Chapitre 2),
dénonçant le charlatanisme dans leur tract : « Abus et Sortilèges Message à la Conscience du
Peuple ».

b)(17-12-1989) Rencontre des responsables musulmans Guadeloupéens Abdallah B,
Nous , l’entraide islamique à Paris et des musulmans martiniquais , tous unis dans la
contestation en France, du blasphémateur Salam Ruhsdi et l’affaire du foulard
islamique .

Cette manifestation importante du 17 Décembre 1989 a été l’occasion d’une rencontre au
sommet de certains responsables musulmans Guadeloupéens et Martiniquais en rapport avec
la contestation en France des écrits blasphématoires de Salam Rhusdi et lors de l’affaire du
foulard islamique. Ce meeting contestataire organisé à Porte de Choisy en région parisienne
réunissait trois cent personnes environ. Des oulémas et étudiants musulmans Libanais,
Africains et Maghrébins avaient répondu à cet appel, prenant une part active à la conférence,
par leurs interventions, les débats théologiques et islamiques. Puisque « le coran et les
musulmans étaient attaqués », de nombreuses associations de la Sunna, y compris l’Entraide
islamique à Paris (à l’époque la principale fatwa était de provenance iranienne et sans faire la
fine bouche parce qu’il s’agissait de Khomeiny…) de grandes manifestations autorisées
avaient été orchestrées de Barbès à la République. De plus l’Entraide islamique à Paris
organisait son propre meeting le 17 Décembre 1989 à Porte de Choisy pour un
rassemblement des musulmans sous l’égide de l’unité de l’islam et le frère Bordi Abdallah
avait été invité à coopérer et à présenter son thème à cette conférence, ce a qu’il a fait,
sans rechigner à l’époque lors de ce meeting, en toute fraternité pour la défense de l’islam et
sans toutes ses autres considérations post-études. Le départ du frère Abdallah pour ses études
en Afrique, avait interrompu son contact avec l’Entraide islamique en Guadeloupe jusqu’au
moment de son retour ,en France ; où une lettre remise par l’intermédiaire du martiniquais
musulman Bourba Bilal était censée nous faire savoir quelles positions adopter. J’ai tenu à
publier CE COURRIER DE DOCTRINE (dans ma postface intitulée » « Un Musulman
Guadeloupéen parle à la Communauté Musulmane Guadeloupéenne et aux Guadeloupéens :
nous avons fait la Transcription Intégrale du Texte) ; compte tenu des problématiques
soulevées, dans le contexte international troublé, et des repérages difficiles en rapport à
notre situation contextuelle. (Voir ci-contre les extraits du document).

C) La responsabilité musulmane et guadeloupéenne nécessite de clarifier certaines
positions, raison de notre introduction, de nos commentaires et de nos analyses qui vont
suivre.

Conformément à notre formation de la Sunna, en fonctions des enseignements de l’islam
assimilés il m’a fallu réagir en tant que Guadeloupéen musulman, et de l‘Entraide Islamique.
D’Ailleurs il nous faut citer le Savant Dr M. S. Ramadan AL-BOUTI (Aux Editions Maktabat
al-Fârâbî-Damas-Syrie) en réponse à ceux des frères qui déclarent nos écoles
jurisprudentielles (malékite, hanbalite, chaféites, hanafites) être une innovation incompatible
avec l’islam ou sa voie, n’existant pas du temps du prophète. En réponse il est écrit par Dr M.
S. Ramadan AL-BOUTI « La non-conformité aux quatre doctrines : La plus dangereuse
hérésie qui menace la loi divine ». Ce savant dit-on de la même parenté théologique du
Cheikh HASSAN AL BANNA (R.) nous rappelle aussi, l’islamologue et l’intellectuel
musulman en Occident TARIK RAMADAN mondialement connu pour ses appels aux
musulmans surtout en Europe pour la fraternité, le respect de l’autre et les exigences de
l’unité pour combler les brèches menaçantes pour la Oumma. Nous laissons à leurs auteurs,
ceux qui préfèrent les amalgames, pour taxer de tous les noms, ceux qui ont conscience des
intérêts de la Oumma, et qui recherchent comme les Oulémas l’union pour la paix et la
prospérité des musulmans. D’ailleurs le débat de l’unité est à l’ordre du jour en Egypte, dans
tout le monde musulman, chez les Palestiniens et qui peinent à voir l’Europe et les USA se
fédérer dans des globalités institutionnelles tout en accentuant les divisions et séparations des
peuples musulmans qu’ils empêchent de s’unir afin d’écraser leur fédération et le
rayonnement de l’islam sur la scène internationale. Ce qui explique leur propagandes,
attaques et provocations de partout, contre l’islam et les musulmans depuis l’avènement de
Mohamed ( qu’ils ont caricaturé du nom de Mahomet afin d’occulter sa venue et sa présence
(Paraklitos, le Paraclet ou l’Avocat de la défense du vrai contre le faux) y compris en
falsifiant les messages des prophètes antérieurs( de Jésus AL MASYA le Messie) et de Moïse
(la paix sur eux) annonciateurs de l’Envoyé de Dieu à l’humanité « afin qu’il n’y ait sur Terre
ni oppresseur ni opprimé » .

D)-PUBLICATION ci-dessous DU DOCUMENT EXPEDIE DE « CET
ABDALLAH ANONYME » SE PREVALENT DES SES DECLARATIONS
RELIGIEUSES/ Qui a été remis par Bilal Bourba ». Nous laissons aux musulmans à
leurs efforts de réflexion de manière contextuelle et universaliste et aux autres lecteurs
d’en acter de l’exercice nécessaire de normalisation contre les dérives.
Transcription Intégrale du Texte, conforme à l’original.
(1-)
« Au nom d’Allah l’infiniment Miséricordieux le très Miséricordieux
Louanges à Allah, le seigneur des mondes qui a ordonné de suivre son Messager (paix et
bénédiction) et d’appeler à sa voie.
Que les prières et les bénédictions d’Allah soient sur le prophète Mohammad sur sa famille,
ses compagnons et ses partisans jusqu’au jour dernier.
•Le conseil est un devoir pour chaque musulman (voir sourate 103).
•Vos articles et le fondement de votre « darwa » sont en contradiction avec les
prescriptions authentiques à la compréhension de la voie du Messager.
•Pour argumenter nos critiques, nous vous envoyons des documents dans lesquels se
trouvent les preuves tirées du coran et des hadiths authentiques à la compréhension
des compagnons.
•Tous nos arguments sont surs et ne proviennent pas de notre raison, passion ou autre
source.
•La darwa se fait sur des bases solides et fondamentales et sans elles la darwa serait
incorrecte et nuisible pour ceux et celles qui rentrent dans la voie de Dieu l’unique.

•Ne prenez pas nos critiques pour des attaques, prenez-les pour des conseils et mettez
en pratique.
•Suivez les « savants » ou cheikh qui suivent cette méthode car elle est celle
enseignée par le Messager d’Allah.
•Nous devons suivre cette voie unique et ne pas suivre nos passions et notre raison.
(Voir sourate 12 versets 108).
I La Résolution 5 :
-La France, l’ONU ne sont pas de références pour nous.
-La légitimité d’un Etat islamique se trouve dans les hadiths authentiques et dans le coran,
avec la compréhension des compagnons.
-Nous nous référons aux savants qui suivent cette voie.
-Notre soutien dépend de la légitimité islamique et non d’une instance ou de nos passions ou
de nos sympathies Chiites…
Points 3 de la Résolution 5 :
-Le mise en place d’une charte n’est pas nécessaire.
Celui qui prétend suivre la sunna (authentique) suit Allah et son prophète (saw).
-L’islam est complet et n’a nul besoin de charte.
-« Aujourd’hui j’ai parachevé votre religion et accompli sur vous mon bienfait et j’agrée pour
vous l’islam comme votre religion » (La table verset 3).
•Point 5 de la Résolution 5 :
-« Suivre « l’école « dans sa pratique et son initiation et se revendiquer une école est une
innovation religieuse étrangère aux Imams.
-C’est une division de la religion et Allah nous l’interdit. (Sourate 6 verset 159).
-En cas de litige sur un problème les imames ont demandé de suivre la preuve la plus sûre.
•Point 6 de la Résolution 5 :
Le soutien à L’Iran :
-Cela n’a rien à voir avec la darwa et ses priorités
-La politique concerne les savants qui suivent la sunna authentique.
L’Iran (ses dirigeants) ne soutien pas les sunnites qui suivent la voie.
Cette idéologie est majoritaire chez les chiites et contre la sunna :
-Khomeny dans son livre « Al HUKOOMATUL ISLAMIYAH »(page 52-53) prétend que : les
12 Imames sont infaillibles (Chirk)
-Il les élève au rang des anges célestes (bida’a).
-Il affirme que leurs paroles sont égales au coran (=chrik).
-Il affirme qu’ils ont un pouvoir de faire soumettre même les atomes de la création (= chirk
association à Allah). Il n’y a rien qui lui ressemble et il est celui qui entend tout et voit
tout.(Sourate de la concertation verset 11). Allah est unique et seul lui possède l’infaillibilité,
l’omniscience etc ».
- Il est donc grave de soutenir ceux qui donnent des égaux à Allah. (Voir sourate Yunus
verset 106) et qui dénature sa parole et celle du prophète.(saw).
-L’égal du coran est la sunna authentique et non pas les 12 Imames :
- « Ne m’a ton pas donné le coran et son égal avec lui » (rapporté par Abu Dawud .
Sahi).
-Ceux qui croient que leur chemin est meilleur que celui du prophète (saw) font acte de
mécréance (voir sourate La table V/44).
-En montrant votre soutien au chiisme, à l’Iran vous négligez l’égarement dans lequel sont
ses dirigeants.

-Vous incitez les jeunes Muslim à ne pas ne pas mesurer le danger du chiisme. Devant Allah
vous en portez la responsabilité.
II) Résolution 7 : Qui sont vos ennemis ? Sympathisez vous le chiisme ??!
III) La Résolution 9 :
•La conversion forcée est certes inacceptable ; mais ce fait n’entraîne en rien une
quelconque alliance avec le chiisme n’en déplaisent aux « égyptiens » d’Al AZAR.
-On ne fréquente les chiites que pour leur faire la darwa.
-Le respect n’entraîne pas la fraternité :
on respecte les juifs et les chrétiens, mais on ne fraternise pas avec eux, car Allah nous l’a
interdit :
« Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens ; ils sont alliés les uns les autres. Et celui
d’entre vous qui les prend pour alliés devient l’un des leurs » (sourate At tawba V 51).
-Pour fraterniser il faut être de la même famille. Notre famille est Ahl Sunna wal Janaa.
-Ceux qui consomment et suivent l’idéologie de Khomeiny et de ses MaîtrSe à penser sont
infréquentables sont infréquentables aux yeux de la sunna authentique.
4) Résolution 10 Extrait 34 :
-Votre « programme » est-il nouveau par rapport à la darwa faite par le prophète ? (saw)
Voir sourate 12 versets 108.
•Article 35 :
La pluralité en islam est une innovation.
-OEuvrer par cela est un égarement certain.
-La tolérance en islam n’est pas de laisser diviser la voie unique du prophète (prière et
bénédiction sur lui).
-Toute innovation est un égarement et tout égarement mène à l’enfer.
-L’unité doit se faire autant d’une seule voie, d’une seule sunna authentique : celle du
prophète (saw), de ses compagnons, de leurs compagnons, de leur compagnon, des 4 imames
et de tous ceux qui suivent cette voie unique.
La richesse de la science ne se trouve pas dans la pluralité mais dans le stricte suivi de la
sunna authentique d’une voie unique, à suivre : donc 10, 20 mosquées, OK, mais une seule
voie : la sunna authentique.
•CONCLUSION :
•Faire la darwa comme le prophète l’a ordonné.
-Se baser sur les preuves évidentes (voir S 12 V118).
-Suivre les savants qui adoptent la sunna authentique et la méthode des anciens (Salafs) qui
ont vécu auprès du prophète(saw).
-Le seul groupe qui sera sauvé, c’est celui qui aura suivi la sunna du prophète et de ses
nobles compagnons
-Eviter tout innovation même si c’est pour le bien de la Oumma, les groupes, les méthodes
inventées, la politique,.
Qu’Allah nous guide sur le droit chemin. »

E) Nos commentaires et analyses.
C’est une nécessité pour nous, en qualité de musulman, attachés au coran et à la Sunna
d’établir ce qui nous distingue de telles positions ou de telles autres. La théologie n’est pas
seule en jeu mais aussi la « Moa’amala » : (Action ou travail spirituel d’une dimension
sociétale). Nous avons voulu une comparaison entre notre approche et d’autres. Notre intérêt
pour l’islam étant plus judicieux toutes amalgames faites pour nous dissuader dans la voie, ne
peuvent atteindre la détermination de notre foi et la raison de la vérité. Je veux préciser que
L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane.

l’Entraide islamique se situe dans la ligne du coran et de la sunna du Saint prophète
Muhammad, des Califes et des compagnons à l’instar de notre formation de l’islam
réformiste dispensée de feu CHEIKH Touré du Centre Hady TOURE, Savant Musulman
Sénégalais de l’école jurisprudentielle malékite, dans la ligne de Seyyed Qutb, de Abu’A’la
Maudoudi, de Hassan El Banna et de Ibn Taymmiyya. Je veux aussi signaler que nous ne
partageons pas forcément l’exclusive ; mais une volonté de paix, de sagesse et de patience.
Nous l’avons appris de l’Ichtihad (effort de compréhension pour la raison et la ré-flexion) :
des Savants Sunnites qui veulent résoudre les graves et réels problèmes du monde musulman
et de la Oumma par leurs investigations sincères de la science islamique, par leur réflexion
de piété, de foi et de raison. Dans notre mission il n’est pas d’envisager la singularisation.
L’Islam a déjà trop de problèmes à résoudre dans le monde et aux Antilles Guyane pour nous
laisser prendre au jeu ou au luxe de nous singulariser de certaines manières... Il y a déjà ici
en Guadeloupe et aux Caraïbes beaucoup de problèmes. Nous ne voulons pas surajouter aux
problématiques locales avec d’autres problématiques conflictuelles spécifiques à la situation
de l’islam aux pays arabes et autres n’étant pas en adéquation avec l’appel et la mission de
l’islam en Terre non musulmane aux Caraïbes, aux Antilles Guyane, où les problèmes de
l’islam ne sont forcément pas les mêmes... Notre priorité est de comment faire pour expliquer
les vraies valeurs de l’islam dans une population subissant la catastrophe de déviations
séculaires au quotidien mettant en péril sa destinée humaine. C’est pour nous le meilleur gage
de la solidarité avec la Oumma. Que DIEU protège le peuple Guadeloupéen, afin que
l’islam puisse l’aider à marcher debout et non agenouillé devants les idoles, là où le faux
DIEU s’est imposé à tous les niveaux dans les consciences assujettissant corps et âmes.
Comment poser par entêtement d’autres problèmes incompatibles à la situation, alors qu’il y
a fort et mieux à faire. Le problème est de savoir comment faire fructifier réellement la
hauteur de la vérité sur la bassesse du mensonge et de la « profitation » en Guadeloupe. Sans
faire d’amalgame, l’entraide islamique refuse l’exclusivisme. Son but est de lutter pour le
triomphe de la cause de Dieu qui est la vérité dans la voie de son Messager. Il est difficile de
prétendre accomplir ce devoir, sans nous réunir avec le plus grand nombre pour expliciter
cette vérité sans détour, comme le Calife Omar, afin que l’islam sorte des ornières
groupusculaires d’appropriation et de confiscation retranchées derrières des barrières qui ne
profitent qu’à ceux qui ont l’islam en ligne de mire, et qui prétendent soi-disant « que l’islam
est rétrograde », ce qui est faux comme il est démontré. L’islam appartient à Dieu, l’islam
veut que les Guadeloupéens soient encore plus forts dans la foi en leur destinée qui est dans
la main de Dieu. L’Islam certes peut aider l’Homme Guadeloupéen avec sa sincérité innée à
retrouver un élan d’épanouissement, puis un autre, pour qu’il puisse se surpasser faces aux
épreuves qu’il devrait réussir et remporter pour la dignité de l’homme caribéen et universel.
Sans équivoque et amalgame l’Entraide islamique se veut vivre en paix avec Dieu et son
prophète dans son livre et sa Sunna par l’islam qui n’est pas en contradiction avec les
intérêts de la Guadeloupe et de son peuple. C’est la raison pour laquelle la paix et la bonne
parole doivent être une constante dans un contexte où l’islam doit tenir ses promesses dans un
peuple aussi valeureux, que le nôtre. La Guadeloupe dit la vérité et doit savoir que l’islam
est « son allié et son ami ».
Pour l’Entraide islamique, il est une constante d’entretenir des relations fraternelles et
fructueuses de travail avec tous les frères musulmans et autres, qu’il s’agisse du frère
Abdallah que nous connaissons depuis Paris, dans les épreuves bonnes et mauvaises de la
vie… . Nous gardons les mêmes bonnes intentions qu’il s’agisse du « frère anonyme
« Abdallah » qui nous a fait expédié sa lettre ci-dessus par le martiniquais musulman Bilal
L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane.

B181. Nous sommes ouverts pour l’intérêt bien compris de l’islam avec les autres frères
musulmans, qu’ils soient guadeloupéens, martiniquais et autres. Chacun prenant et portant la
responsabilité individuelle et publique pour toutes les positions et les actes les concernant.
Dieu est le plus juste des Juges !

E) POUR UNE EXPERTISE CONCRETE DE LA SITUATION ISLAMIQUE
Nous rappelons et insistons sur les faits, les causes et comment les analyser ? :
Faute d’intégrer la donne contextuelle caribéenne ; certaines écoles et universités
islamiques dans certains pays seraient-elles inadaptées ? (sur cette question caribéenne
et des Amériques) à la formation des cadres à la compréhension de telles
problématiques contextuelles ; puisque l’islam est censé et doit apporter des réponses
aux peuples et pays opprimés des caraïbes, des Amériques où d’ailleurs. Dans
l’affirmative, cet important problème devra être surmonté par les autorités religieuses
de notre Sunna. Du fait de cette carence, se sont établies des confusions dans l’esprit
181 Bilal était venu de Paris après 1993, il nous avait contacté en Martinique aux Nouveaux Centres
Musulman de Rivière Pilote « Jamaat Al Muslimeen » de l’Entraide Islamique et de la Librairie
Bibliothèque Mackandal . Il nous avait demandé astucieusement les copies des projets de la Mosquée
et du Centre Islamique que nous avions montés en 1980-82 au profit de la Martinique. Soi-disant Bilal
B. nous promettait d’avoir des contacts avec des mécènes. « Ses frères à Paris étaient en relation avec
eux disait-il ». Les offres de Bilal n’étaient pas notre priorité. Nous sortions d’une épreuve,
déterminés à nous d’édifier et à nous réorganiser ; afin d’échapper à toutes les instrumentalisations
qui guettent « une communauté adolescente » (Chérif N’DIAYE). Bilal savait très bien que nous ne
pouvions accepter de travailler avec personnes inconnues. Après l’obtention des copies de notre
projet et des informations sur nos méthodes de notre travail en Martinique, Bilal B est revenu en
Martinique, lors de ses congés administratifs. Il m’avait remis sa lettre en présence de Mahmoud et à
son attention. Nous nous étions interrogés, sur la provenance de cette lettre de Bilal et sur la méthode
utilisée : (l’expéditeur« ABDALLAH » grâce à son pseudonyme était resté anonyme). Lors d’un
voyage en Guadeloupe chez le frère Willy nous avions été informé « du retour»de BORDI Abdallah
de ses études ». Ce qui était réjouissant , s’agissant d’Abdallah, l’un de nos anciens frères
collaborateurs lors de l’affaire RUSHDI et du foulard à Paris». Il voulait selon Willy s’implanter
comme IMAM en Guadeloupe, ce que nous avons trouvé très positif. Concernant Bilal il s’est
fanatisé à son retour définitif à la Martinique. Il trouvait anormal, que je poursuive mes activités
(émissions radio « génération contemporaine le Coran et la Sunna » la création du Journal AL
MO’TAMAR, les prestations islamiques télévisuelles sur KMT Canal local, la dénonciation des
intrigues systémiques signalées dans les chroniques.) indépendamment de M BACKE. BILAL et
d’autres éléments sous influence n’avaient cessé de nous harceler même à la mosquée. Depuis la
Martinique, lorsque j’avais téléphoné à Bilal pour m’enquérir « des copies de nos projets » et du
« courrier anonyme d’Abdallah » j’ai été invectivé, sans aucune raison valable. Nous primes acte de
l’entourloupe ; et de ses alliances à la filiation maraboutique en même temps ; il était dans le giron
des « Deux familles » lié à l’imam M’BACKE, l’un de ses maîtres. Nous avons acté que les « Deux
familles et l’imam Backé s’étaient dirigés vers la Guadeloupe à plusieurs reprises ; pour réitérer le
même scénario de la Martinique ; à l’insu des Guadeloupéens, du peuple de la Guadeloupe, et des
musulmans conscients.
L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane.
345
de certains étudiants, entre les problématiques politico-religieuses et des guérillas
musulmanes contextuelles en terre d’islam, par rapport à la spécificité de la dawa pour
l’appel à l’islam dans les peuples et populations aux Caraïbes et en Amérique du
Sud182. Nous avions fait le constat que certains musulmans insulaires et antilloguyanais
sous ces influences paradoxales, et surtout lorsqu’ils sont imprégnés de
certaines théologies et idéologies non adaptées à la situation concrète et contextuelle
commettaient, au plan des stratégies et des tactiques islamiques du prophète
Mohammad (PSL) mal comprises, des erreurs fatales pour l’avenir de l’islam. Dans
les chroniques sur l’islam aux Antilles Guyane, nous avons alerté les communautés
musulmanes caribéennes de telles erreurs gravissimes. « Certains musulmans
caribéens et guadeloupéens au sortir des études islamiques dans quelque pays, croient
lorsqu’ils arrivent aux Antilles, qu’ils doivent faire le Djihad (au sens de combattre)
contre leur propre peuple opprimé. Alors que ces frères musulmans ne sont pas censés
ignorer la domination des oppresseurs dans leurs pays sur leurs peuples respectifs.
C’est l’aveu de l’ignorance suicidaire et des déviations, lorsque certains frères
musulmans commencent après leur retour à vouer une haine viscérale à leur père,
mère, envers leurs frères et leurs parents prétextant qu’ils sont des chrétiens... La
terminologie « de Cafirs » : (mécréants) est alors utilisée de manière abusive. Il en est
de même lorsqu’ils s’enferment en dehors de toutes compréhensions de la situation de
leur pays et de leur peuple. D’où une situation de non communication de ces frères
musulmans qui veulent s’imposer par la contraindre dans leur pays et dans leur peuple.
Des abus de pouvoirs ont été commis, par certains, ceux-ci ruinent la respectabilité de
l’islam insulaire aux Antilles Guyane. Sans parler de cette réalité qui cultive
subtilement le champ clos de l’exclusion qui devient (Qu’Allah nous en protège) l’aire
d’évolution privilégiée de tout sectarisme. D’où la volonté affichée d’exclure tous les
autres musulmans et autres de leur « sphère de fraternité humaine » pour s’enfermer
en marge de l’évolution de leur pays et de leur peuple. De telles situations à rebours
risqueraient de réitérer les phénomènes anti-peuples instrumentalisés dans l’ex-
Algérie française à cause du colonialisme français, de l’ignorance islamique, et de
l’absence des connaissances générales en bonne politique (séyasiya) obligatoire du
fondement coranique) , chez certaines des personnes instrumentalisées des services
spéciaux, qui adhérèrent par frustration même à l’OAS et bien quelles étaient
musulmanes.AL –GHAZÂLI (847-1258) Savant Sunnite né en Iran (1058/1111) dans
son traité intitulé « Erreur Et Délivrance » (AL-MUNQUID MIN ADAL) déclare :
« La Politique-elle concerne, dans son ensemble,le règlement des problèmes
temporels de gouvernement. Elle a emprunté ses maximes aux livres de Dieu révélés
aux Prophètes et aux sentences des Prophètes anciens ».(Editions Commission
182 Contrairement à la pensée du frère Abdallah on ne peut laisser décider de la Politique à mener aux
Caraïbes et en Amérique par « des Savants » extérieurs au contexte géographique qui ne connaissent
pas les problématiques contextuelles. Par respect de l’islam les Savants Musulmans ne commettraient
jamais ces marques d’irrespect de l’islam, de décider à la place des Peuples Caribéens et des
Amériques y compris des Musulmans. Le principe de consultation en islam permet à des Savants
Musulmans de bien orienter leur formation, les universités, l’enseignement dans les écoles. De former
des cadres et des représentants crédibles ne risquant pas de mettre l’islam en porte à faux avec les
peuples et pays des Caraïbes et d’Amérique du Sud. D’ailleurs aux Caraïbes il existe de Ste Lucie à la
Dominique en passant par tous les pays indépendants de l’Amérique Latine une coopération culturelle,
économique et politique dans l’intérêt des gouvernements respectifs, conformément à l’islam qui a une
fonction solidaire à l’attention des peuples et pays de la planète.
L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane.
346
Libanaise Pour la Traduction des Chefs-d’oeuvre 1969 BEYROUTH- Traduction
française Farid JABRE, revue par Vincent Monteil).
D’ailleurs, cette volonté d’exclure contredit le rassemblement contextuel réalisé par le
prophète Mohammad réunissant dans la Cité Etat de Médine les tribus arabes, juives
et païennes dans un pacte à respecter pour la paix et la prospérité civile et économique
dans la société où chacun était libre d’exercer sa religion chrétienne et juive et leur
conversion musulmane dans le respect de l’ordre public et du messager (PSL).
Sachant que l’islam en tant qu’institution divine et prophétique a fait de la fraternité
l’identifiant du frère en Adam, ce qui attira pacifiquement comme un aimant vers la religion
musulmane : des Européens, des Grecs, des Chinois, des Slaves, des Africains et aujourd’hui
des Caribéens, des Boliviens, des Haïtiens, des Argentins, des Brésiliens, des Vénézuéliens,
des Cubains, et des personnes de toutes les races, dans tous les peuples.
F) En Réponse NOS propositions pour des relations fraternelles et fructueuses pour l’islam
qui n’est pas en contradiction avec les intérêts de la Guadeloupe et de son peuple.
Il convient de renforcer le devoir d’échanges islamiques entre les deux îles soeurs et ces
points d’intérêt islamique doivent être rappelés tels que :
L’exigence du respect du coran et de la sunna.
L’obligation de présenter le vrai visage de l’islam et de réfuter le maraboutisme et
toutes les autres logiques sectaires.
Affirmer les vraies valeurs de l’islam contre le fanatisme en faisant la démonstration
pratique que l’islam est la religion authentique du savoir et de la raison qui est ouverte
au monde. I’islam n’est pas une logique groupusculaire et sectaire, mais une
ouverture à tous les problèmes de société et aux populations des Antilles Guyane et
caribéennes.
Le constat d’ignorance des musulmans aux Antilles Guyane des problématiques
spécifiques à l’évolution des pays et des peuples.et les erreurs (à corriger) de certains
musulmans caribéens, qui sont de formation islamique dans certains pays n’étant pas
au fait de telles problématiques contextuelles caribéennes.
Ceux qui engagent l’islam à tort et à travers avec la marche évolutive de ces peuples et
pays que l’islam a vocation d’encourager et d’accompagner pour tout changement
positif pour l’humain et tout peuple.
Face à ce constat, disposer des universités islamiques et des écoles adaptées, à la
formation des cadres caribéens et à la compréhension des problématiques
contextuelles puisque l’islam est censé apporter des réponses aux peuples et pays
opprimés des caraïbes où d’ailleurs.
L’Islam est le juste milieu éloigné des extrêmes.
L’islam enseigné par le prophète condamne les caricatures :
-Il est contraire autant au maraboutisme exploiteur qu’à l’extrémisme et aux fanatisme
réducteurs.
Toutes les civilisations ont connu ces phénomènes recensés dans toutes les périodes de la vie
de l’humanité. L’extrémisme et le fanatise prenaient ses racines des frustrations légitimes
ou non ; ils étaient manifestés individuellement ou collectivement incarnés dans des causes
religieuses, raciales et politiques.
Par exemple l’extrémisme et le fanatisme de supériorité raciale blanche a été durant
l’apartheid aux USA à l’origine du Klu Klux Klan. Ce même extrémisme et
L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane.
347
fanatisme du catholicisme ethno racial a été de son temps le fléau de la science ; le
principal vecteur l’impérialisme de la Rome impériale antique à l’Occident capitaliste
moderne. Pour le judaïsme, le sionisme est devenue la maladie infantile et
hégémonique foncière des terres des peuples Arabe sous prétexte « de terre promise et
par l’opération des falsifications bibliques » ; le véhicule d’un racisme anti-musulman
et anti-palestinien en vogue d’une propagande sous le masque systémique de la
laïcité, des frustrations, des pannes du système matérialiste et judéo-chrétien exporté
par le capitalisme à bout de souffle et confronté à la désintégration de l’Etat nation,
et d’un capitalisme en état d’implosion dans la mondialisation imposée…
Les dangers de l’extrémisme, à l’instar des concepts du « peuple élu « ou « du groupe
élu », de telle ou telle race élue exclusivement à l’exception des autres : sont là
toujours des véhicules d’exclusion, de racisme, et de violence. l’Islamophobie et
« l’Afrophobie » qui ont été engendrées sont génératrices, en tant que fanatisme et
extrémisme » de la grande souffrance des peuples musulmans, des palestiniens
dépossédés de leur terre et de leur patrie à l’instar « des damnés de la terre » subissant
les contraintes de l’hégémonie de la malfaisances des Superbes mondiaux
« istikbar » connotée selon la terminologie coranique d’orgueil satanique au plan de
impérialiste une forme institutionnelle de l’extrémisme et du fanatisme occidental. La
sagesse est providence pour sortir de telles logiques sordides afin d’éviter le pire et
ses retours cycliques du bâton inéluctables selon les révélations divines dans les livres
descendus par Dieu sur ses prophètes. (Crise économique mondiale due au non respect
des principes de l’islam).
MAGNAM SOLEYMANE HASSAN

Des faux opposants au colonialisme et aux impérialistes manipulés et financés par le sionisme et ses agences transnationales .

Quelle stratégie derrière ces attaques ?

A l’heure de l’essor des l’alliances anti-impérialistes aux Caraïbes et en Amérique du Sud unissant entre les pays de l’Alba et le mouvement islamique mondial.
Une fausse opposition au colonialisme parmi Nous les Nègres a telle comme mission :
o d’exploiter négativement à dessein : « l’esclavage, » « la réparation, « « la traite négrière transatlantique et transsaharienne par des impérialistes occidentaux et arabes ».
o d’organiser des mobilisations fantaisistes et ou de diversion de masse , qu’ils opèrent pour masquer leur lâcheté et incompétence, ce qui n’a rien à voir dans l’organisation des masses pour la libération nationale. Ceci leur permettant de faire obstruction aux militants politiques conséquents (qu’ils cherchent bien souvent à écarter et à discréditer) et d’occuper ou de faire barrage sur la scène politique et nationale.

o de ruiner la politique d’intégration révolutionnaire régionale de Hugo Chavez, Fidel et ou Raoul Castro, de l’ALBA (Alliance Bolivarienne pour l’Amérique Latine) ; et des gouvernements anti-impérialistes de la région et des Caraïbes : une réalité régionale qui les interpelle , à propos de leur carence et incompétence et celles de leurs partis et ou organisations concernant la lutte de libération nationale des dernières colonies.

o De s’attaquer , indistinctement à L’islam à cause de sa coalition avec les nations, les pays et les peuples d’Afrique, d’Asie, d’Amérique du Sud et de la planète qui luttent contre l’impérialisme et le sionisme , y compris au Venezuela, à Cuba, en Bolivie, au Pérou, en Équateur.. etc.
o Stigmatisent les mouvements politiques et de libération des peuples chrétiens, non chrétiens et autres dans leurs spécificités et fondements doctrinaux et idéologiques.
• D’étouffer la question du rapatriement 20% des Afro Guadeloupéens, Afro Martiniquais et Afro Guyanais pour LA CREATION DES ETATS en Afrique . de ACCULER L’ENNEMI COLONIAL OPPOSABLE A LA DIPLOMATIE COLONIALISTE ET IMPERIALISTE présenté comme l’épée de Damoclès pour acculer les colonialistes français jusqu’aux derniers retranchement

Nous savons que pour détourner l’attention des masses dans le peuple et la nation le système a toujours orchestré des nombreux ballons d’essai. D’autant à l’heure sont dépassés les relations contractuelles avec le système colonial des éléments qui n’ont cessé d’émarger au colonialisme pour leur survie et existence pécuniaire et politique. Et surtout à actuelle où l’impérialisme et du sionisme dans notre région s’est trouvé confronté à l’anti-impérialisme des peuples qui s’est mondialisé en Asie en Afrique en Amérique Latine et en Europe.

Les inconséquences de tels leaders et de leurs partis et organisations se font remarquer par le détournement de l’attention qu’ils opèrent :
a) Par Des ballons d’essai sont mis en exergue par certains politiques et intellectuels engagés pour ces motifs et dans des.
b) Le dessein de Certains est En créant la confusion et « des pseudo mobilisations politico-culturelles » dans les dernières colonies, au profit de qui sont confrontés


o A qui profitent les attaques sinon aux impérialistes et aux sionistes épouvantés de la coalition entre l’islam et les nations, les pays et les peuples d’Afrique, d’Asie, d’Amérique du Sud et de la planète qui luttent contre l’impérialisme et le sionisme , y compris au Venezuela, à Cuba, en Bolivie, au Pérou, en Equateur.. etc. Des oppresseurs qui n’ont cesse pour se venger de mobiliser des faux opposants pour critiquer à l’instar des impérialistes occidentaux :

• Cuba et sa politique de neutralisation des agents internes et externes de l’impérialisme.

• Hugo Chavez, Evos Moales, et les Gouvernements partisans de l’Alba à qui ils reprochent d’organiser un front mondial anti-impérialiste, intégrant les mouvements islamiques de libération dont l’Iran, qui interpellent tous les collaborateurs du système locaux, les YANKES USA et les gouvernances occidentales impérialistes.

• De réduire à néant les efforts

CONCLUSION DU PREAMBULE : CONSTAT DE L’EXPLOITATION DES CAUSES NOBLES AUX DERNIÈRES COLONIES:
Des faux opposants au colonialisme et aux impérialistes manipulés et financés par le sionisme et ses agences transnationales utilisent à dessein
1- Les commémorations anti-esclavagistes
2-Les actes contraires à la raison et à l'islam et aux doctrines divines:
a) La traite transatlantique des impérialistes occidentaux
b) La traite transsaharienne de l'impérialisme ethno-racial anti-musulman & anti-islamique
de certains potentats REACTIONNAIRES impérialistes arabes et africains de jadis.

« les justes hériteront de la Terre » « les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers ».

Premier Point de reflexion:

Cheikh Anta Diop le sénégalais musulman auteur de « Nation nègres et cultures », comme Marcus Garvey Moise ou Malik El Shabaz Malcolm pour ceux qui sont fidèles à leur exégèse sauraient que « le Black power » :(Pourquoi pas? certains parlent de "péril jaune "d'autre de "pouvoir chinois"). Pourquoi pas de Pouvoir (power) des Nègres (Black) qui ne veulent plus être opprimés sur la Terre. Cette aspiration des opprimés (nègres, chinois, musulmans, et autres humains) loin d’être une imposture n’est pas une parodie de la vérité mais la consécration d’une prophétie : « les justes hériteront de la Terre » « les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers ». La légitime aspiration , comme il s'entend, en ce sens, du réel "Black power" (mouvement de la puissance noire): ne peut s'afficher comme une rébellion contre le divin, la ligne prophétique, la sagesse, la justice et la fraternité universelle y compris d’utile tolérance et d’actions.

On ne doit s'en servir de l’histoire et des faits marquants; que pour une bonne évaluation de nos correctifs et stratégies d’avancement dans la marche

NOUS MEFIER DE L’ETHO-NATIONALISME LA MALADIE INFANTILE DE L’AFROCENTRISME
On ne doit s'en servir de l’histoire et des faits marquants; que pour une bonne évaluation de nos correctifs et stratégies d’avancement dans la marche en avant de l’humanité et non de sa stagnation. Une responsabilité exigeant sagesse et sérénité et non pas uniquement réactions instinctuelles sous l’emprise d’états d’âmes mélanoïdiques… Nos identités non rien à voir avec les faiblesses réactionnaires, le racisme, la xénophobie et la fébrilité d’une conscience revancharde. La force ou la conscience de nos identités humaines s’élève toujours au dessus des fêlures, meurtrissures dont nos chairs furent atteintes. La force de nos identités impose la suprématie des consciences humaines nègres ou autres en dépit d’une mémoire des blessures et cicatrices imprimées dans nos corps. Nous avons une mission d’élévation humaine et non de déchéance ; de nous efforcer à neutraliser voire d'immuniser notre environnement des assauts et pulsions naturelles néfastes. Déparasiter nos consciences pour rester humain, nègre ou autre, n’a de cesse de neutraliser les assauts et pulsions naturelles libérés de notre âme bestiale.

"SCIENCE POLITIQUE BOKAYE" PANAFRICANISME REVISITE

Une Définition du PANAFRICANISME /Qu’est ce que le panafricanisme ?
Une conception politique d’unité générale non exclusive (contraire à certaines attitudes répréhensibles) pour l’indépendance de l’Afrique et des africains qui s’est matérialisée et concrétisée par l’adhésion des peuples , des nations et de leurs gouvernements sans distinction ethnique, linguistique, religieuse, confessionnelle . Cette union a intégré divers régimes politiques : des royaumes et des républiques de toute nature voir théocratique comme l’Ethiopie de Sa Majesté Haïlé Séalasié, ou les républiques musulmanes et ou islamique en Afrique. A rappeler que dans l’histoire bien comprise, (voir mon prochain ouvrage)les royaumes africains musulmans (pactisant avec le Roi Béhanzin) et avec leurs alliés historiques afro-asiatiques arabo musulman ont été des ferments des résistances aux occupations portugaises, françaises, allemandes, espagnoles. En rapport avec la réalité politique notoire actuelle en Amérique Latine et aux Caraïbes avec Hugo Chavez, Castro , le Mouvement Bolivarien de L’ALBA regroupant divers pays sud américains et caribéens, qui ont en commun ces mêmes alliances islamiques dans la résistance anti-impérialiste de nos jours. Il est clair qu’un réel mouvement panafricaniste aux dernières colonies doit se soustraire de toute manipulation impérialiste et sioniste à l’instar des faux opposants au colonialisme français, qui font insidieusement des amalgames et, le jeu des impérialistes occidentaux et de leurs agences du sionisme par une exploitation des causes nobles, en faveur de la réparation, contre l’esclavage et la traite négrière transatlantique et transsaharienne qui était pratiquée par des impérialistes occidentaux et arabes.

PANAFRICANISME BOLIVARIEN DE LIBERATION IDENTITAIRE





LES GRANDS RESISTANTS AFRICAINS : EL HADJ OMAR ET L'EXEMPLE DE BEHANZIN OU LES ALLIANCES ANTI-IMPERIALISTES CONTEMPORAINES MUSULMANES DE HOGO CHAVEZ

EXTRAITS CHOISIS: "L'ÂME DE L'ISLAM AU COEUR DES ANtILLES GUYANE"
Les conséquences à tirer des défaites infligées au National
chauvinisme, ethno racial de l’idolâtrie opposé au monothéisme.
Quatre dangers des conflits séculaires évités en Afrique.
Le sort de la défaite a été infligé par le Maître des armées des cieux et de la terre qui a jugé les
conflits des agresseurs idolâtres comme des crimes contre l’humanité et la création.
Les idolâtres du paganisme ou du totémisme africains et de l’Egypte pharaonique ont été
vaincus pour empêcher que les filles soient enterrées vivantes dans le Nil, où les castes
nègres opprimaient et réduisaient en esclavage les castes plus faibles ; dans les lieux
sacrificiels en Afrique et des autels étaient sanctifiés des sacrifices humains, comme il s’est
pratiqué jadis par les rituels pharaoniques à la gloire des rois thaumaturges, tyrans et
mégalomanes.
Ce sont nos ancêtres nègres Héros révolutionnaires parmi nos ancêtres Musulmans africains
bien guidés Abyssins (éthiopiens), ou africains comme Bilal, Ousmane Dan Fodyo, El Hadj
Hadj Omar, Samory Touré, Ahmadou Bamba qui ont sacrifiés leur vie, à la direction de
l’Afrique pour sauver le continent de tous les dangers :
L’Afrique a vaillamment résisté et triomphé face à Quatre dangers mortels grâce à
l’islam :
a) Le danger de la Tyrannie d’un système sacrificiel et cultuel odieux sacrifiant des vies
des fillettes vierges et des êtres humains sur l’autel séculaire des religions idolâtres du
paganisme ou du totémisme africain et égypto-pharaonique sur la base de l’ETAT169 de
la super tyrannie.
b) Le danger des mêmes potentats nègres collaborateurs des envahisseurs et conquistadors
occidentaux alliés à ces impérialistes européens qui vont vendre des enfants de
l’Afrique comme esclaves aux colonialistes pour le nouveau monde aux Amériques.
c) Le danger de tous ceux qui trahirent l’Afrique pour satisfaire leur passion raciale ; du
chauvinisme mortifère et tenter avec l’ennemi de sauvegarder leur pouvoir et maintenir
la Tyrannie, leur système sacrificiel et cultuel satanique ; pour pérenniser contre la
volonté du Très Haut, les sacrifices des vies des fillettes vierges et des êtres humains sur
l’autel séculaire des religions idolâtres du paganisme ou du totémisme africain et
egypto-pharaonique basé sur l’Etat institué par la super tyrannie.
d) Le danger des vagues des envahisseurs Occidentaux Espagnols, Portugais, Anglais,
Belges, Allemands et Français, et des croisés alliés aux idolâtres du paganisme ou du
totémisme africain et au pharaonisme.
a) 169 Nous espérons que « L’ETAT MARTINIQUAIS »de nos voeux partagés et communs,
ne serait en rien de telles dictatures…
L’Âme De L’Islam Au Coeur Des Antilles Guyane.
323
V. Choix stratégique de BEHANZIN…
Choix stratégique de BEHANZIN à l’instar des Symboles anti-impérialistes d’alliance
multilatérale islamo caribéenne et sud américaine avec les musulmans du monde.
L’exemple de Béhanzin pourrait symboliser non seulement l’exemple des chavistes, mais
aussi celui du martiniquais Frantz Fanon, chrétien de naissance au devenir révolutionnaire ;
un non musulman qui n’a pas hésité sous aucun prétexte à s’engager aux côtés des
musulmans algériens, contre les colonialistes dans la lutte de libération de l’Algérie ; qui l’a
promu combattant, puis théoricien et ambassadeur du GPRA170 en Afrique. Il a fait ce qu’ont
fait avant lui tous les sincères combattants de la liberté. Sans toutefois oublier que beaucoup
d’autres chefs africains lucides et progressistes, comme le Roi Béhanzin se sont ralliés avec
leurs peuples à la lutte héroïque révolutionnaires de nos ancêtres bien guidés qu’ils soient
éthiopiens ou africains musulmans ( et on peut citer Cheikh Touré ) pour : Bilal, Soundiata
Keïta (convertis en 1300 ch) Kanka Moussa, (1325) Ousmane Dan Fodyo, El Hadj Hadj
Omar , Soni Ali ( 1493) SamoryTouré, Mohammed Touré (1493-1529) Ahmadou Bamba etc.
etc. des Grands Résistants musulmans africains. Ce qui n’est jamais enseigné aux Antilles de
concert avec les occidentaux
Pour repousser l’ennemi et ses dangers nos ancêtres ont toujours eu, même avant l’islam les
peuples frères de l’Orient comme alliés pour protéger l’Afrique. A plus forte raison avec
l’avènement de l’islam nos ancêtres africains purent compter sur leurs frères et alliés arabomusulmans
et orientaux qui les ont soutenus contre les envahisseurs impérialistes
européens : portugais, espagnols, anglais, français et autres pour la révolution antiimpérialiste
avec la résistance africaine musulmane, depuis les sanctuaires de l’islam à la
Mecque à Damas, en Egypte, au Kurdistan et au Khorasan.
Aberrations théologiques concernant « Les origines dites africaines des
religions révélées» en rapport à l’historicité d’un concept d’ascendance raciste : un non sens
au regard du« phénomène prophétique un phénomène objectif indépendant du « Moi »
humain qui l’exprime ».
Contingenter les religions révélées, ou « le phénomène prophétique un phénomène objectif
indépendant du « Moi » humain qui l’exprime»171 à des origines raciales JUIVES ou autre est
une maladie infantile, dont l’humain doit se préserver. Sur cette pierre se sont construits
toutes les aberrations du racisme dont l’humanité a souffert et souffre encore
Dans toute l’histoire de l’humanité les seules ethnies à se réclamer d’être le « Peuple ELU » ;
il nous semble être les extrémistes qui ont détourné et falsifié, selon le Coran, le message
universel de Moïse et de Jésus.
170 GPRA : Gouvernement Provisoire de la République Algérienne.
171 Voir Maleck Ben Nabi « Le phénoméne Coranique « Essai d’une théorie sur le Coran » pp :